Plein ecran

Marseille : dans le labo, la coke coulait à flots

Jan
2013

Lorsqu’ils ont pénétré sur place, jeudi au petit matin, les enquêteurs ont mis la main sur

plus de deux kilos de cocaïne pure, mais aussi et surtout sur 128,5 kilos de divers produits de coupage, dont de la caféine, de l’éther et de l’ammoniaque.

Avec de telles proportions, les trafiquants pouvaient espérer fabriquer quelque 100 kilos de coke, pour une recette, à la revente, estimée entre 6 et 7 millions d’euros.

Les investigations n’ont pas encore permis de préciser à quel rythme était élaborée et conditionnée cette cocaïne prête à la consommation, mais le profil des suspects dessine les contours d’une équipe issue du grand banditisme, capable d’inonder très régulièrement Marseille et sa région et peut-être l’ensemble du pays. En plus de la drogue, les gendarmes ont mis la main sur un arsenal impressionnant.

Trois kalachnikovs, un fusil de guerre Manhurin et un fusil d’assaut de l’armée américaine M16, deux fusils à pompe, un fusil de chasse équipé d’une lunette, une vingtaine de kilos de munitions en tous genres, des brassards et des tenues de policiers :

ceux qui dirigent ce réseau font très vraisemblablement partie du gratin de la voyoucratie. « Ces armes sont destinées à une équipe de malfaiteurs de haut vol qui veulent se protéger des équipes rivales et de la police », analysait Jacques Dallest, le procureur de Marseille.

La Provence



Cliquez pour accéder au site