Plein ecran

Livres : «Tu seras partout chez toi » d’Insa Sané

Jan
2013

[extrait de Respect Mag du 15 janvier 2013] Acteur, slameur et écrivain, Insa Sané multiplie les casquettes. Dans son dernier roman «Tu seras partout chez toi», il nous livre sa version de l’immigration africaine vers la terre promise française


(…) Peux-tu nous décrire ton Sarcelles ? (…) C’est une ville qui mériterait que la France s’inspire d’elle pour exister (…) Sarcelles a permis à la France d’être le deuxième pays du Hip Hop après les USA. Avec cette culture qui défie les codes, elle a été une vitrine attrayante pour les francophones du monde entier.(…)

Quels sont les éléments de cette ville qui inspirent tes écrits ? Les vergers, les forêts avoisinantes, les cours d’eau. Dans « Tu seras partout chez toi », je reviens à ces fondamentaux (…) Demain se construira à partir de nos rêves. Sarcelles n’a jamais cessé de contester, de se révolter, parce que Sarcelle a toujours su rêver.

Dans « Tu seras partout chez toi », tu évoques l’arrivée d’un jeune Africain en Occident
Tu seras partout chez toi, partout où tu décideras de vivre, partout où tu peux t’épanouir, partout où l’amour se trouve. Qu’importe les frictions, les luttes, les discriminations, les épreuves.

«Ce sont des conneries que de croire que l’Homme est foncièrement différent d’une région à une autre. Qu’un sol appartient à une ethnie plutôt qu’à une autre.»

Ce sont des conneries que de croire que l’Homme est foncièrement différent d’une région à une autre. Qu’un sol appartient à une ethnie plutôt qu’à une autre. Que l’identité est un concept figé dans le temps ou dans l’espace. Si nous sommes si nostalgique de nos soi-disant racines, retournons faire de la peinture à Lascaux entre gens bien de chez nous. (…)

Peux-tu nous décrire comment se vit la diversité à Sarcelles ?
Est-ce que j’appartiens à cette diversité parce que je ne suis pas blanc, que je suis né ailleurs ? Je suis devenu noir le jour où je suis arrivé en France et aujourd’hui je lutte pour redevenir un homme normal (ni blanc, ni de couleur).

C’est bien pour lutter contre ces principes d’un autre temps que j’ai décidé de ne pas renouveler ma carte de séjour, et de vivre désormais comme un sans papier sur le territoire que j’estime être le mien. L’histoire à prouver que la France, quand on l’aime, on la change (…)

Lire l’article intégral

[fautes d'orthographe et de conjugaison d'origine]

Complément photo – merci aux lecteurs