« Nous, femmes comoriennes et africaines de Marseille »

[êxtrait] A la veille du lancement de l’année européenne de la culture, des Marseillais connus ou pas racontent leur ville. Arafa Mbaé préside l’association Mayesha Comores (Espoir pour les Comores), qui lutte pour l’intégration sociale et économique des femmes dans les quartiers Nord de Marseille.

« Pour nous, femmes comoriennes et africaines de Marseille, cet évènement est une véritable opportunité de s’ouvrir à d’autres horizons, de montrer notre culture »

« Marseille 2013 est une chance pour nous (…) Dans les quartiers Nord, dans les cités, c’est là qu’il y a la culture. Le multiculturalisme se construit dans les cités où rien n’a été prévu par nos représentants. Alors nous nous sommes réappropriés Marseille 2013. Les changements viennent de nous. Nous allons montrer que nous participons à la communauté de cette ville.

Pour nous, femmes comoriennes et africaines de Marseille, cet évènement est une véritable opportunité de s’ouvrir à d’autres horizons, de montrer notre culture mais aussi d’en découvrir d’autres.

Nos quartiers ont une richesse formidable. Nous avons des brodeuses, des couturières, des savoir-faire. Nous avons une coopérative qui crée des emplois. Nous mutualisons notre mixité et ça marche.

« Nous mutualisons notre mixité »
[ novlangue 100% NDLR ]

Tout cela sans soutien de la ville : on n’a même pas un petit local. Les quartiers restent abandonnés et après on vient dire que ce sont nos enfants qui dégradent. Mais nous sommes là, avec toutes nos actions pour Marseille 2013.

Source

Partagez cet article FacebookTwitterEmailGoogle+tumblrPinterest

Commentaires mis en avant (1)

  • J’ai une question : Si c’est pour rester des femmes comoriennes et africaines pourquoi ne pas rester en Afrique ou aux Comores ?

Commentaires (51)