Plein ecran

A Nantes, ces catholiques qui accueillent des migrants

Jan
2013

[extraits] Depuis décembre 2011, le réseau Welcome de Nantes met en lien des demandeurs d’asile avec des particuliers ou des congrégations religieuses pour les héberger un temps déterminé.

Sœur Marie-Thérèse et Sœur Marie-Reine, toutes deux Sœurs de Bethléem à Nantes, entourent Aïsha, une jeune Érythréenne qui vient de recevoir son titre de séjour.

Aïsha resplendit. Cette Érythréenne de 26 ans, arrivée à Nantes il y a un an et demi, vient de recevoir son titre de séjour. Elle est la première demandeuse d’asile suivie par le réseau Welcome de Nantes à avoir décroché ce précieux sésame.

« Je me sens mieux car j’entrevois l’avenir, confie Aisha en arabe. Je vais d’abord étudier, trouver un travail puis me marier et avoir des enfants.»


Jacqueline Chatellier, retraitée nantaise de 86 ans, a déjà accueilli durant plusieurs semaines Mariam, Guinéenne de 23 ans, puis Aïsha. (…) Elle a aussi veillé à respecter une foi différente et d’autres rites, notamment avec Aïsha, très pratiquante. (…)

Chez les Sœurs de Bethléem, congrégation d’une trentaine de religieuses installées à Nantes, une à deux chambres sont réservées au réseau Welcome, tandis que cinq autres accueillent des demandeurs d’asile orientés par la Cimade ou le Samu social. (…) « L’une de nos salariées parle arabe, ce qui nous a bien aidées à communiquer », poursuit Sœur Marie-Reine, qui avoue qu’un tel accueil requiert « une certaine disponibilité », que ce soit pour accompagner Aïsha à la préfecture ou lui commander un billet de train en toute urgence pour qu’elle puisse se rendre à un rendez-vous administratif.

Sœur Marie-Reine s’est enrichie par cette ouverture à de nouvelles cultures

« Mais c’est tout à fait dans la ligne de notre engagement », ajoute Sœur Marie-Reine, enrichie par cette ouverture « à des réalités douloureuses et à de nouvelles cultures ». Aïsha salue l’accueil bienveillant offert par les religieuses : « J’ai été très touchée par leur chaleur et leur humanité. Elles ont respecté ma religion et j’ai beaucoup appris auprès d’elles. »

source