Manuel Valls, nouveau Sarkozy au ministère de l’esbroufe

Tribune libre de Paysan Savoyard

Comme le notent la plupart des observateurs, M. Valls a adopté une stratégie proche de celle qu’avait choisie M. Sarkozy dans sa marche au pouvoir : il a décidé d’occuper à son tour le ministère de la parole martiale. Les actes sont inexistants ou dérisoires, comme c’était déjà le cas avec M. Sarkozy. Mais, instruit par le succès de son devancier, M. Valls sait qu’il n’est nullement besoin d’agir et d’obtenir des résultats pour séduire une majorité d’électeurs.

  • La posture de la fermeté théâtrale

M. Valls a choisi, à la suite de son modèle, de devenir ministre de l’intérieur, reprenant à son compte la même stratégie : ce poste de ministre lui permet d’adopter la posture de la fermeté, en phase avec les souhaits d’une opinion majoritairement avide d’ordre et de sécurité. M. Valls sert ainsi ses intérêts personnels de carrière. Mais il occupe en même temps une fonction indispensable pour le système.

Il est en effet vital pour le système UMP-PS de donner l’impression qu’une opposition vigoureuse existe au sein de la classe dirigeante sur les questions de sécurité et d’immigration : opposition entre la gauche et la droite ainsi qu’au sein de chacun des deux camps. L’objectif de l’oligarchie est simple : il faut donner aux électeurs qui souhaitent une plus grande détermination en matière de sécurité et d’immigration le sentiment que cette aspiration à la fermeté est bien présente au sein de la droite comme au sein de la gauche et qu’ils peuvent donc continuer à faire confiance aux grands partis, sans se laisser tenter par le vote extrémiste pour le FN.

C’est avec cet objectif que M. Sarkozy occupait le terrain de la « droite ferme » face au laxisme de la gauche et de la partie molle de l’UMP et du centre. M. Valls joue ce même rôle au sein de la gauche et du PS, dont il incarne l’aile droite.

Dans cette perspective M. Valls forme avec Mme Taubira un binôme très utile, les deux acteurs se répartissant les rôles. Les positions laxistes du ministre de la justice permettent à son collègue d’apparaître par contraste comme une personnalité ferme et réaliste. « Il est quand même moins pire que Taubira » estime le militant ingénu de l’UMP. « Heureusement tout de même qu’il est là », pense l’électeur socialiste ou centriste (qui préfère tout de même in petto que les cambrioleurs soient en prison plutôt qu’ils viennent s’en prendre à son pavillon).

Ces électeurs candides ne voient pas qu’ils sont en présence d’un arrangement tout à fait étudié entre les deux duettistes : tandis que l’un fait les gros yeux, l’autre insiste sur les injustices dont seraient victimes ceux qui se laissent aller à des actes violents. Ce partage des rôles permet au gouvernement de conserver la sympathie des différents courants qui composent la gauche.

Il s’agit là d’un grand classique de la politique de ces dernières décennies : le ministre de l’intérieur et celui de la justice font traditionnellement mine de s’opposer et de se critiquer, ce jeu-de-rôle abusant les naïfs à tout coup. Au sommet de l’État, M. Sarkozy et M. Fillon s’étaient de la même manière distribués les rôles avec un objectif similaire : le cogneur volontariste et énergique d’un côté, le responsable prudent et bien élevé de l’autre.

D’autres ministres du gouvernement actuel ont chacun leur partition dans ce théâtre. Les gauchistes, comme Mme Duflot, prennent des positions en pointe, souhaitant par exemple que les communes soient contraintes d’accueillir un nombre croissant de logements sociaux, ou sommant l’Église de prendre en charge les mal-logés (les bénéficiaires potentiels des projets de ce ministre étant en pratique le plus souvent des immigrés).

Ces positions de boutefeu sont utiles pour M. Hollande qui pourra apparaître le moment venu dans une position d’arbitre au dessus de la mêlée. Elles sont également profitables à M. Valls, dont elles mettent en évidence par différence la posture de fermeté.

 

  • La vigueur des paroles, la vacuité des actes

Il va sans dire que cette position de fermeté relève du marketing politique : elle ne correspond à aucune conviction et ne traduit aucune volonté d’agir. M. Valls, et M. Sarkozy avant lui, ont choisi le positionnement qui leur paraît électoralement le plus efficace : ils seraient tout à fait à même de tenir le discours inverse si cela leur était profitable.

C’est ainsi que l’action de M. Valls, comme c’était le cas pour son prédécesseur, repose sur la parole, la gesticulation, la mise en scène. Les actes ne tiennent dans cette stratégie marketing qu’une place accessoire. M. Valls multiplie les déclarations de fermeté : « Je ne laisserai pas faire ceux qui… » ; « Les délinquants doivent savoir que… » ; « Le gouvernement mettra tout en œuvre pour… » ; « L’État ne tolèrera pas que… », etc. Tous les ministres de l’intérieur se coulent d’ailleurs dans ce rôle de composition. On se souvient de M. Pasqua assurant qu’il allait « terroriser les terroristes », ou de M. Sarkozy promettant de « nettoyer les quartiers au Karcher ».

M. Valls comme M. Sarkozy savent qu’à l’ère médiatique, seules comptent la parole et l’apparence, les actes étant de peu d’importance. Les mots en effet sont prononcés en prime time devant les caméras dûment convoquées, dans le cadre d’une mise en scène étudiée. Tandis que les actes, ou plutôt l’absence d’actes, restent tout à fait inaperçus.

Pour s’apercevoir que les rodomontades de M. Sarkozy ne se traduisaient pas aucun acte sérieux, voire même qu’elles s’accompagnaient de décisions exactement contraires aux proclamations martiales, il fallait suivre attentivement l’actualité, faire le tri entre les annonces, les projets et les textes effectivement votés, consulter les statistiques rendant compte des résultats, détailler les rapports, les tableaux, les sites spécialisés. Le nombre d’électeurs qui se livrent à ce travail est évidemment infime.

Aucun électeur UMP ou presque n’a vraiment pris conscience, entre autres nombreux exemples, de ce que M. Sarkozy avait supprimé de fait la « double peine » (en rendant inexpulsables les étrangers délinquants se trouvant dans l’une des situation suivantes : nés ou arrivés en France avant l’âge de 13 ans ; conjoints de Français ou de résident régulier ; parents d’enfants Français ; résidant en France depuis 20 ans ; loi du 26 novembre 2003) ; ou qu’il avait fait passer de un à deux ans la durée en deçà de laquelle les condamnations à la prison ferme ne donnent pas lieu à un emprisonnement effectif (article 132-25 du code pénal modifié par la loi du 24 novembre 2009).

Quoique de grande portée, de telles mesures techniques ne peuvent que rester inaperçues. De même que sont passées « comme lettre à la poste » les 200 000 entrées légales d’immigrés intervenues chaque année pendant son mandat. Marine Le Pen les a seule dénoncées : elle a fait dix points de moins que M. Sarkozy, lequel n’a raté la réélection qu’à un peu plus d’un point.

Seules, donc, importent les paroles. La raison de cet état de fait est facile à saisir. Abreuvé d’informations superficielles, l’électorat ne retient que très peu de choses de ce qu’il entend, voit et lit : il capte des impressions. Il retient le ton de voix, le style et la posture politique d’ensemble. C’est ainsi qu’avec un costume seyant, un titre de ministre, le prestige qui s’attache à la fonction, les gardes du corps qui vous entourent, les gendarmes qui vous saluent, les portes qui claquent, les motos qui démarrent, il n’est pas difficile d’être perçu comme quelqu’un d’important, qui dit des choses importantes, qui fait des choses importantes ; il n’est pas difficile de donner l’image d’un chef.

M. Valls a bien compris la leçon de M. Sarkozy. Dès qu’un acte délinquant grave est commis quelque part, il se précipite, et prononce face aux caméras, entouré de policiers, le regard sombre, la mâchoire serrée, le ton étudié, des paroles martiales qui conduisent le spectateur à penser que l’État est tout de même tenu : « Nous ne laisserons pas… Les délinquants doivent savoir… Il n’est pas acceptable… ». Avec des ministres prestidigitateurs comme MM. Sarkozy et Valls, les évènements délinquants n’apparaissent nullement comme des preuves de leur inefficacité : par la gesticulation ils parviennent au contraire à les transformer en manifestation de fermeté et en occasion de se faire valoir.

Quant aux actes, rien de sérieux n’est entrepris. Et ce pour une raison simple. Non que MM. Sarkozy, Valls ou Hollande aient nécessairement plaisir à ce que s’installe le désordre et s’étende la délinquance. Peut-être préfèreraient-ils à titre personnel mener s’ils le pouvaient une politique d’ordre. Mais ils savent bien qu’une telle politique leur est de toute façon interdite.

Une politique de remise en ordre nécessiterait en effet des actes de rupture (tels que l’arrêt de l’immigration légale, l’interruption du regroupement familial, l’arrêt de la délivrance de visas dans les pays d’immigration, la réservation des prestations sociales aux seuls nationaux, le renvoi des clandestins et des délinquants étrangers ou encore la mise à l’écart des récidivistes par un fort durcissement des règles pénales à leur égard).

La classe politique ne peut se permettre de telles mesures : elles seraient en effet en contravention avec les analyses qu’elle met en avant depuis quarante ans ; et surtout elles seraient contraires à ce que souhaitent les véritables maîtres du système d’ensemble (propriétaires et dirigeants des multinationales et des groupes financiers, membres des lobbys, réseaux et sociétés secrètes).

Les actes pris par des ministres de l’intérieur comme MM. Sarkozy ou Valls se limitent dès lors au registre de la mise en scène. C’est ainsi que M. Valls a fait procéder au cours de l’été à de nombreux démantèlements de camps de Roms, devant les caméras. Ces scènes de cinéma sont évidemment sans efficacité, les camps étant immédiatement reconstitués un peu plus loin (à moins que les Roms en question ne soient séance tenante hébergés à l’hôtel aux frais du contribuable).

 

  • La stratégie des deux bords : un pied à gauche, un pied à droite

M. Valls affiche bruyamment sa fermeté contre la délinquance et contre le terrorisme. Dans le même temps, sur les questions les plus sensibles, celles de l’immigration et de l’intégration, il prend, plus discrètement, des positions ouvertes, les mêmes que celles de M. Sarkozy.

Il distingue ainsi soigneusement les islamistes, qu’il entend combattre, et « l’immense majorité des musulmans » désireux, selon lui, de s’intégrer et qu’il faudrait accompagner dans cette démarche en s’appuyant sur le concept de laïcité : la république étant censée être neutre vis-à-vis des religions, elle permet selon M. Valls aux adeptes des différents cultes de s’y agréger.

C’est ainsi que M. Valls est favorable à la construction d’un islam de France et à l’édification de mosquées. « Notre responsabilité, c’est de progressivement construire un islam de France, un islam qui trouve pleinement ses racines dans notre pays » (Inauguration de la mosquée de Cergy, 06/07/12).  « L’islam a toute sa place en France car l’islam de France c’est aussi la France »« Soyez fiers de l’islam que vous bâtissez »« La République tend la main. C’est à l’islam d’aller avec confiance vers la République. » (Inauguration de la mosquée de Strasbourg, 27/09/12).

Notons au passage que les deux mosquées inaugurées récemment par M. Valls ont l’une et l’autre bénéficié de financements publics, en violation de la loi de 1905 (la ville de Cergy a garanti à hauteur de 50% l’emprunt de 2,2 millions d’euros souscrit par la fédération musulmane maître d’ouvrage et a consenti un bail emphytéotique de 99 ans sur le terrain qui accueille l’édifice ; la grande mosquée de Strasbourg a été financée à 22% par les collectivités et pour le reste par le Maroc, l’Arabie Saoudite, le Koweït et les fidèles ; sources : AFP).

De même M. Valls s’est déclaré en faveur d’une augmentation des naturalisations. Dénonçant la baisse enregistrée ces dernières années, il déclare : « Nous voulons revenir aux chiffres d’il y a deux, trois ans » et ajoute « Il ne faut pas avoir peur de ces nouveaux Français qui sont une force pour la République ». (28/09/12) Dans cette perspective il a fait paraître le 28/09/12 une circulaire assouplissant les critères de la naturalisation (suppression du QCM de culture générale, suppression de l’obligation de détenir un CDI).

De même encore il se déclare en faveur du vote des étrangers. « J’ai suffisamment défendu le droit de vote des résidents étrangers à la tribune de l’Assemblée pour dire qu’il faut y arriver « , mais « il ne faut pas se précipiter si on veut réussir et tenir cet engagement » (20/09/12)

Ce positionnement était très précisément celui de M. Sarkozy : à la fois ferme (en paroles…) contre la délinquance et l’intégrisme ; et favorable à l’intégration des immigrés au nom des valeurs républicaines. Cette posture habile, alliant la rigueur et l’esprit progressiste, le place à la fois à droite et à gauche. Elle a plusieurs avantages :

A court terme, M. Valls réduit les angles d’attaque et désarme une partie des opposants. Même si elle réprouve son orientation droitière, l’aile gauche de la majorité modère ses critiques envers un ministre qui donne régulièrement des gages de conformité progressiste et républicaine. La droite le ménage également dans la mesure où il apparaît pour elle « moins pire » que les autres socialistes. A plus long terme cette méthode permettra à M. Valls de se trouver dans une position centrale lorsqu’il se présentera à une future élection présidentielle, pouvant ainsi espérer recueillir les voix des centristes et de la droite modérée.

Ce positionnement quelque peu ambigu démontre la bonne connaissance qu’ont des gens comme MM. Sarkozy et Valls de la façon dont fonctionnent la plupart des électeurs.

Un premier élément joue en faveur de M. Valls. Beaucoup sont tout prêts à penser que M. Valls ne va pas aussi loin qu’il le souhaiterait parce qu’il n’est « que ministre ». De nombreux électeurs de droite avaient ainsi exonéré M. Sarkozy de tous les échecs de son passage au ministère de l’intérieur : « Il n’a pas les mains libres : ce sera différent lorsqu’il sera président ». M. Valls bénéficiera probablement à son tour de la même bienveillance des électeurs crédules.

Plus généralement, on sait que les électeurs retiennent des déclarations des politiciens ce qu’ils ont envie d’entendre. Il s’agit là d’un mécanisme classique : désireux de conserver une espérance, la plupart des gens sont naturellement enclins, lorsqu’ils écoutent un leader en qui ils ont mis leurs espoirs, à percevoir ce qui les arrange et à occulter le reste. C’est ainsi qu’un électeur inquiet de l’évolution du pays vers la violence et le communautarisme se souviendra des déclarations martiales de M. Valls, mais aura tendance à oublier les moments où le même M. Valls se prononce par exemple pour la poursuite de la construction de mosquées.

Mais il y a plus. Paradoxalement l’ambiguïté apparaît souvent profitable et contribue à forger une posture de présidentiable. Même lorsqu’ils s’aperçoivent des non-dits et des contradictions, les électeurs les portent au crédit des leaders à qui ils attribuent un « destin national ».

L’ambiguïté en effet crée une distance avec les gens ordinaires, qui alimente par elle-même l’aura du leader. Elle laisse penser que celui-ci dispose d’informations et subit des contraintes qui restent ignorées de l’électeur moyen. Lorsqu’un leader pratique le double langage, l’opinion ne réagit pas en l’accusant d’hypocrisie : elle considère au contraire, dans le droit fil des analyses de Machiavel, que les dirigeants sont contraints d’appliquer les règles propres à l’univers du pouvoir, l’ambiguïté, la duplicité et le mensonge d’État  apparaissant comme la marque du monde des gouvernants.

C’est ainsi que plusieurs dirigeants importants ont cultivé avec profit l’art de l’ambiguïté et du double langage. Le « Je vous ai compris » gaullien relève évidemment de ce registre. De Gaulle est aussi celui qui déclarait que la France devait rester un pays « de race blanche et de culture chrétienne… », tout en engageant la politique d’immigration de travail.

M. Mitterrand était orfèvre dans ce domaine de l’hypocrisie et du double langage. Parmi les exemples fameux on se rappelle qu’il se faisait applaudir en dénonçant « ceux qui gagnent de l’argent en dormant », tout en laissant son gouvernement prendre d’énergiques mesures de libéralisation économique favorables au développement de la spéculation et de la sphère financière (libération des mouvements internationaux de capitaux, dérégulation …).

Revenons à M. Valls. On se souvient de cet épisode enregistré à son insu au cours duquel, parcourant les allées d’un marché de la ville d’Evry dont il est maire, il demanda à son directeur de cabinet de prévoir davantage de stands tenus par « des Blancsdes White, des Blancos ». Il y avait là un modèle de déclaration ambiguë. Révélait-elle l’exaspération d’un maire constatant que sa ville est envahie par des immigrés ? Nous pensons plutôt qu’elle illustrait la volonté cynique de M. Valls de cacher la réalité.

Il reste que cet épisode a contribué à installer l’image d’un personnage réaliste et en phase avec l’opinion, mais également d’une personnalité difficile à cerner et offrant une part de mystère : le profil du présidentiable se construit.

 

  • Un personnage arriviste et cynique

Comme celui de M. Sarkozy, le parcours personnel de M. Valls est entièrement dédié à la politique professionnelle. M. Valls est un militant actif du Parti socialiste depuis les années de lycée et n’a jamais eu d’activité professionnelle en dehors de la sphère politique. Élu pendant plusieurs années dans le Val d’Oise, il s’est transporté dans l’Essonne où l’ampleur des scores de la gauche lui permettait sans difficulté de devenir maire d’une grande ville (il va sans dire que, comme tous les politiciens, M. Valls ne réside pas dans la ville de banlieue dont il est maire).

Comme M. Sarkozy, M. Valls a nourri probablement très tôt une ambition présidentielle. Son accession à un poste de ministre important à seulement cinquante ans est un facteur favorable : c’est à peu près au même âge que M. Sarkozy était devenu ministre de l’intérieur.

L’abondance des points communs avec M. Sarkozy ne peut que frapper. Notons par exemple que, comme lui, M. Valls s’est remarié avec une artiste. Surtout M. Valls se révèle aussi cynique que son devancier : selon le Canard Enchaîné (17/10/12), M. Valls a usé de sa position pour faire évacuer, à la demande de sa femme, les SDF et les Roms du quartier parisien du 11earrondissement où il réside.

 

  • Une personnalité antifrançaise

Tout montre que, comme M. Sarkozy avant lui, M. Valls n’aime pas les Français, du moins les Français de souche, et encore moins la France française.

Comme on l’a vu plus haut, M. Valls est favorable à la construction de mosquées, à l’augmentation des naturalisations, au vote des étrangers et à la poursuite de l’immigration (« Notre pays est en capacité d’accueillir les étrangers à condition que cette immigration soit maîtrisée. » 06/12/12).

Sur le plan économique, il a les mêmes positions libérales que M. Sarkozy, qui débouchent sur la mondialisation, les délocalisations et le chômage des Français. Membre dans sa jeunesse au sein du PS du courant Rocard favorable à l’économie de marché mondialisée, il a depuis maintes fois confirmé ces options.

Comme M. Sarkozy, il entretient différents liens avec des pays étrangers. On sait que M. Sarkozy admire les États-Unis. M. Valls a lui fait partie, comme plusieurs autres oligarques français, des bénéficiaires du programme « Young leaders » de la French American Fondation. De même il a admis avoir participé en 2009 au séminaire du groupe Bilderberg, qui réunit des personnalités américaines et européennes favorables aux thèses atlantistes.

Par ailleurs M. Valls est proche des différents réseaux qui ont pour objectif de promouvoir le mondialisme et les valeurs universalistes. Il est membre du club le Siècle, qui réunit le cœur de l’élite française, gauche et droite confondues. Franc-maçon, il a appartenu au Grand Orient de France (il indique l’avoir quitté depuis). Un ancien grand maître du GO, M. Bauer, est l’un de ses plus proches amis depuis les années d’université. M. Bauer est actuellement son conseiller officieux… après avoir été celui de M. Sarkozy. Au ministère de l’intérieur M. Valls retrouve de nombreux frères en maçonnerie, la hiérarchie de ce ministère étant traditionnellement, et ce depuis deux cents ans, fortement infiltrée.

C’est donc en toute logique que M. Valls a repris la même posture que celle de M. Sarkozy vis à vis des mouvements nationalistes. En réponse à l’occupation de la mosquée en construction de Poitiers par le mouvement « Génération identitaire », M. Valls a ainsi dénoncé « la provocation haineuse et inadmissible », garantissant « que l’État fera preuve de la plus grande fermeté face aux manifestations d’intolérance qui déchirent le pacte social« .

Il désigne de même le Front national comme un ennemi privilégié. « Marine Le Pen fait mal à la France ». (27/09/12 inauguration de la mosquée de Strasbourg). « Le discours de haine, de rejet ne peut pas être accepté, et renvoie à ce que sont Mme Le Pen et le Front national, un parti qui est très loin, tellement loin, des valeurs de la République » (23/09/2012). Lors d’une récente émission télévisée (06/12/12) il déclare que la laïcité « c’est la meilleure réponse contre le communautarisme mais aussi contre le FN ».

Ajoutons que M. Valls vient d’annoncer le durcissement de la politique de sécurité routière, comme M. Sarkozy l’avait fait avant lui (nous avons essayé de montrer dans un article précédent que cette politique de diversion était de fait dirigée contre les Français moyens, que l’on essaie de faire taire et d’intimider en les assimilant à des délinquants).

**

A l’instar de son modèle M. Sarkozy, M. Valls apparaît comme un cynique avant tout préoccupé de lui même et de son ambition personnelle. Il est également un idéologue : ce point le distingue peut-être de M. Sarkozy, qui lui est manifestement dénué de toute conviction.

M. Valls peut espérer réussir à tromper de nombreux électeurs, aussi efficacement que l’avait fait M. Sarkozy. Déjà l’on voit les électeurs de droite le considérer de façon assez favorable. Même des électeurs nationalistes se laissent aller à le juger « moins pire » que les autres.

Il est pire pourtant, bien sûr, plus hypocrite donc plus dangereux. Il a manifestement l’étoffe pour rivaliser en matière de cynisme, dans la lignée des Mitterrand et des Sarkozy. Pour l’heure, Manuel Valls occupe à son tour avec talent le ministère de l’esbroufe.

Partagez cet article FacebookTwitterEmailGoogle+tumblrPinterest

Commentaires (128)