Plein ecran

Après le siècle rouge, le siècle vert ?

Nov
2012

Dans « L’islam va-t-il gagner ? », Alexandre Adler et Vladimir Fédorovski s’inquiètent des conséquences du Printemps arabe. Entretien.

Les tensions en Égypte, en Tunisie et en Libye, la crise syrienne, le rôle des Frères musulmans… La géopolitique est secouée par des enjeux d’ordre religieux. Alexandre Adler, historien et spécialiste des relations internationales, et Vladimir Fédorovski, écrivain et ancien diplomate russe, publient L’islamisme peut-il gagner ? aux éditions du Rocher. Ils confrontent leurs analyses pour Le Point.fr. Entretien.

Le Point.fr : Comment est né ce livre ?

Vladimir Fédorovski : Nous avons écrit un premier volume, Le roman du siècle rouge, qui retraçait les années soviétiques qui ont conduit à l’une des grandes ruptures de l’histoire. Nous nous sommes rendu compte que nous avions alors beaucoup de choses à dire sur le Moyen-Orient.

Alexandre Adler : Nous voulions aussi aborder le problème de l’islamisme vu par les Russes, qui connaissent parfaitement le Moyen-Orient. Et Vladimir a une vraie expérience de diplomate dans cette région…

Après le siècle rouge, le siècle vert ?

A. A. : Le monde arabe a raté sa modernisation, il n’y était pas si mal engagé parce qu’il y avait une vraie volonté, au lendemain de la décolonisation, de jouer dans la cour des grands, d’accéder rapidement au statut de pays moderne. C’était notamment l’ambition du nassérisme qui s’est finalement heurté à des contraintes internes, des erreurs idéologiques. C’est à ce moment-là que naît l’islamisme, non pas qu’il ait attendu Nasser pour naître, mais il est devenu une offre alternative à mesure que les ambitions des modernistes se sont montrées inopérantes. (…)

Vous prédisez d’ailleurs qu’une victoire totale des islamistes en Égypte pourrait conduire à la création d’un califat géant de Gaza au Maroc…

V. F. : Et même de Boukhara à Poitiers… Boukhara, qui se trouve en Asie centrale, est au coeur d’une région gouvernée par d’anciens dirigeants qui n’ont pas assuré leur succession. Ajoutez à cela les énormes problèmes économiques de la région et vous obtenez un climat propice à la récupération par les islamistes. On peut s’attendre, après le départ des Américains d’Afghanistan, à une situation très délicate parce que la région n’est pas stabilisée.

Mais jusqu’à Poitiers, vraiment ?

V. F. : Bon, peut-être pas, mais jusqu’aux confins du Maghreb, certainement. (…)

Le Point

La société civile confrontée au discrédit des politiques
Djemila Benhabib : "accommoder les minorités religieuses dans l'espoir de les intégrer mène au résultat contraire"

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu