Plein ecran

Le « racisme anti-Blancs » divise les associations antiracistes

Oct
2012

Un procès un peu particulier doit s’ouvrir, vendredi 26 octobre après-midi, au tribunal de grande instance de Paris. Sur le papier, les faits sont banals. Il s’agit d’un homme de 28 ans renvoyé pour des violences commises en 2010 sur un autre jeune dans le métro parisien. Mais le prévenu est aussi accusé d’avoir insulté la victime en criant « sale Blanc, sale Français ». Et pour cela, il est renvoyé avec la circonstance aggravante de « racisme ». Il risque cinq ans de prison et 75 000 euros d’amende.

Or, pour la première fois dans ce type d’affaire – relativement rare –, une association antiraciste, la Licra, a décidé de se porter partie civile. Une position qui déroute la mouvance antiraciste, et met au jour un repositionnement inédit des organisations sur le sujet. […]

En perte de repères, le MRAP cherche sa voie. Beaucoup de militants s’inquiètent notamment, explique M. Mairat, de la montée en puissance médiatique d’un nouveau venu dans le milieu antiraciste : le Parti des indigènes de la République (PIR), créé en 2005. Un mouvement qui reprend plus ou moins la ligne défendue pendant longtemps par le MRAP, mais avec des accents beaucoup plus radicaux. […]

« le racisme anti-Blancs, en soi, ça n’existe pas. » LDH

Le Monde

Débat Copé-Fillon : le vainqueur? «Marine Le Pen», répond Vallaud-Belkacem
Trafic de drogue international : une policière de Seine-Saint-Denis écrouée (MàJ)

Commentaires

Accueil
Menu
X