Plein ecran

Israël : les manifestations d’hostilité contre les chrétiens se multiplient (MàJ)

Oct
2012

[mise à jour avec changement de titre -> élargissement de la problématique]

Addendum – extraits du journal La Vie du 9 Octobre 2012

(…) Tension grandissante entre les chrétiens et certains colons juifs ultra-sionistes en Israël. Depuis quelques mois, les manifestations d’hostilité à l’encontre des différentes communautés chrétiennes se multiplient en Israël.(…)
Certains prêtres ont cessé de traverser le quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem en raison des crachats systématiques qu’ils essuient de la part de la population.
(…) De multiples incidents de la même sorte qui montrent un changement d’attitude de la part d’une extrême-droite juive qui semble vouloir en découdre avec les chrétiens. Selon Martine Sevegrand, historienne : « à Jérusalem, les insultes contre les prêtres et religieuses sont depuis longtemps devenues pratique courante au point que personne n’en parle ». source
————————————

Des inconnus ont lancé des pierres, des bouteilles et des détritus contre une église orthodoxe chrétienne à Jérusalem, un nouvel acte de vandalisme visant des lieux de culte chrétiens en Israël, a indiqué la police israélienne.

L’attaque contre l’église roumaine orthodoxe Saint-Georges, située tout près du grand quartier juif ultra-orthodoxe de Méa Sharim, n’a fait aucune victime, a déclaré à l’AFP une porte-parole de la police Louba Samri. La porte d’entrée de l’édifice a été endommagée, a précisé la porte-parole.

Cet incident survient à la suite de profanations de monastères catholiques ces dernières semaines qui ont suscité les protestations générales des représentants religieux et des dirigeants israéliens et palestiniens. La semaine dernière, un graffiti en hébreu insultant Jésus a été tagué sur la porte d’entrée d’un couvent franciscain du Mont Sion à Jérusalem, à proximité du Cénacle, haut lieu du christianisme dans la Ville sainte.

La police israélienne a ouvert une enquête. […]Malgré les condamnations systématiques de tels actes par les autorités israéliennes, leurs auteurs sont rarement appréhendés et traduits en justice.

Le Figaro