Plein ecran

Voyage au centre de la mer

Déc
2013

A la fin des années 1980, l’homme en savait plus sur l’espace et ses mystères que sur les océans qui couvrent pourtant 70 % de notre planète. Depuis, d’immenses progrès ont été effectués dans ce domaine par la communauté scientifique mondiale. 

On le sait depuis longtemps : notre existence est intimement liée aux mouvements qui animent le cœur des océans, et ce documentaire qui développe des problématiques parfois complexes en apporte de multiples preuves. Les océans, qui transportent de la chaleur ou absorbent une part du gaz carbonique produit par l’activité humaine, conditionnent l’équilibre climatique de toute la planète.

Quelle est cette mécanique qui anime le cœur des océans et permet à la vie d’exister sur notre Terre ? Et quelles sont les menaces qui guettent ce système aussi vaste que complexe ? Le reportage met en lumière les différents moteurs de la circulation océanique et le rôle de l’océan en tant que thermostat de la planète.

Afin de répondre à ces questions de manière originale et surtout accessible au plus grand nombre, ce documentaire retrace le parcours d’une goutte d’eau portée par les courants marins. Une véritable épopée sous-marine qui la reconduit, au bout de 650 ans, à son point de départ.
Un voyage incroyable qui est aussi l’occasion de découvrir des phénomènes spectaculaires comme les tourbillons, les cataractes d’eaux glacées, les forteresses liquides enserrant un continent. Il en existe des milliers qui, formés à la croisée des courants marins, développent une énergie considérable et ont un véritable impact sur la machine climatique.

Dangereux, difficile d’accès, l’océan austral fascine aussi les scientifiques avec ses courants monstrueux, larges par endroits de 200 kilomètres et capables d’agir à de grandes profondeurs. Pour reproduire cette dynamique fascinante, les chercheurs de l’Ifremer disposent aujourd’hui de moyens technologiques avancés, dont 3.000 petits flotteurs qui sont autant de moyens d’observation permanente des océans.

Remarquables plongeurs capables d’aller au-delà de 1.500 mètres de profondeur, les éléphants de mer sont utilisés par les chercheurs qui installent sur eux des capteurs. Au large du Pérou, ce sont des cormorans qui sont équipés de GPS, permettant de donner en temps réel des indications précieuses sur l’écosystème.

Très utilisées, les images de synthèse permettent de rendre compréhensibles des données parfois arides pour le non-scientifique. Les témoignages d’océanographes, de biologistes et de chercheurs de haut niveau travaillant à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) de Brest ou dans des universités canadiennes (Québec, Manitoba), apportent un éclairage bienvenu sur la circulation océanique globale.

Aidez-nous à administrer ce site

 

 


 

Abonnement mensuel

 

Abonnement hebdomadaire

Commentaires

X