Plein ecran

Crise : Migrations, rien ne va plus !

Juil
2012

Un article du Point sur les nouvelles formes de migrations apparaissant avec la crise : Européens émigrant clandestinement en Afrique, Sud-Américains prenant leur retraite en Europe, Chinois s’installant en Afrique…

Les choses changent. Les flux migratoires s’inversent. Ainsi, aux États-Unis, pour la première fois depuis la Grande Dépression, les clandestins ne rêvent plus de franchir le Rio Grande. Ils sont en effet aujourd’hui plus nombreux à quitter le sol américain qu’à y entrer. Impensable il y a quelques années encore… «C’est principalement le déclin de la demande de main-d’oeuvre, et non les restrictions imposées par les politiques migratoires, qui explique la chute de l’immigration pendant la crise», explique Angel Gurria, le secrétaire général de l’OCDE.

Mais est-ce la seule raison ? Le rêve américain ne s’écroulerait-il pas aussi ? Le constat est là : les migrations à destination des États-Unis ont chuté de 8 % en 2010. Tous pays confondus. Et plus largement, l’immigration permanente à destination des pays de l’OCDE a connu une baisse de 2,5 % en 2010. [….]

Les Africains immigrent désormais d’abord sur leur continent.[….] Les riches populations des pays en développement s’offrent désormais même une retraite tranquille en Europe, comme pouvaient le faire, il y a de cela quelques années, de riches Français, à Marrakech, par exemple. À l’instar de la capitale portugaise qui incarne à présent un petit coin de paradis pour de riches Brésiliens. Certains passent la moitié de l’année à São Polo pour affaires, mais ne supportent pas l’insécurité qui règne encore dans le pays. Ils se réfugient alors à Lisbonne, où la langue n’y est pas un obstacle. Encore fallait-il y penser.

Le Point



Cliquez pour accéder au site