Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE : «Quand l’immigration va, tout va»

Pour Angel Gurria, secrétaire général de l’OCDE, le constat ne fait aucun doute : les flux migratoires constituent un excellent indice de la conjoncture économique sur le marché du travail. Car quand la crise est là, les immigrés ne viennent plus selon lui ou «tellement moins !».

Angel Gurria n’a pas peur de l’affirmer : l’immigration est indispensable aux économies occidentales !

Quand la crise est là, les immigrés ne viennent plus. Ou tellement moins! Mais à l’inverse, si l’OCDE vieillissante entend continuer à croître, elle doit d’urgence mettre sur pied une politique volontariste d’immigration. Tel est le message que l’organisation internationale entendait faire passer dans son rapport «Perspectives sur les migrations internationales 2012» présenté récemment à Bruxelles.

Dans l’OCDE, les flux migratoires ont baissé pendant la crise. L’immigration permanente à destination des pays membres a diminué de 2,5% en 2010, avec 4.1 millions de personnes concernées: -8% aux Etats Unis, -3% pour les pays européens —sans tenir compte des mouvements intra-européens. […]

Sur les dix dernières années, les nouveaux migrants ont contribué à hauteur de 70% à l’augmentation de la population active en Europe et à 47% aux Etats Unis. «Mais les flux migratoires actuels ne suffiront pas pour maintenir à son niveau actuel la population en âge de travailler dans de nombreux pays, particulièrement en Europe», prévient l’OCDE. […]

Slate .fr

Partagez cet article FacebookTwitterEmailGoogle+tumblrPinterest

Commentaires (39)