« François Hollande, inch’allah »

C’est ce qui est exprimé dans la vidéo ci-dessous (1’13 et 2’19). En arabe, inch’Allah signifie : « Si Allah le veut ». Il est dangereux, pour une République qui a instauré la séparation des Églises et de l’État et surtout une hiérarchie entre les deux, qu’un candidat soit porté par un tel message.

François Hollande ne peut ignorer l’existence de cette vidéo qui est relayée par sa porte-parole Najat Vallaud-Belkacem sur son blog, assortie de ce commentaire : « Transition parfaite entre la fin du festival L’Original Hip Hop à Lyon, et la campagne présidentielle à j-11, c’est à dire à l’heure de la mobilisation générale, et notamment des jeunes… ce très beau clip par 2H12 CREW. Quel talent! Merci à eux! »

J’ai été indignée par les propos de François Hollande (2’34), s’adressant aux populations de l’immigration que cible ce clip, afin de les inciter à aller voter ; voter pour lui, bien sûr. Différentes études, dont celle de Terra Nova, ont en effet déjà mis en évidence le fait que les migrants extra-européens et leurs descendants, lorsqu’ils se rendaient aux urnes, votaient massivement pour la gauche, ce que Ségolène Royal a pu vérifier aux élections présidentielles de 2007.

François Hollande: « Les quartiers, les cités, sont une chance pour la République. Ne sous-estimez pas la force de votre décision.

Avec le suffrage universel une voix en vaut une autre, et si certains sont plus riches que vous, vous, vous être plus nombreux qu’eux. »

Ce qui est grave, c’est le clivage qu’il met en scène de façon subliminale : votez pour moi contre le vote des Français de souche européenne, car nous savons très bien ce que signifient désormais dans la bouche des politiques: « cités, « quartiers », « banlieues »… (…)

Le blog de Malika Sorel ( Merci à Keledus )

Partagez cet article FacebookTwitterEmailGoogle+tumblrPinterest

Commentaires (84)