Plein ecran

Argentine : Ces vieux démons qui hantent le pays

Jan
2013

Décembre 2001. Buenos Aires se déclare en faillite sur près de 100 milliards de dollars. Onze ans après, l’Argentine continue d’en payer le prix. Banni des marchés financiers mondiaux, harcelé devant les tribunaux, le pays est de plus en plus isolé sur la scène internationale.

Par Isabelle Couet |

Lorsque le « Libertad » pénètre dans les eaux ghanéennes en ce jour d’octobre 2012, son destin est scellé. Le majestueux trois-mâts argentin, avec à son bord 300 marins, a renoncé à accoster au Nigeria par crainte des pirates. Mais dans le port de Tema c’est un autre adversaire qui l’attend :

Elliott, le fonds d’investissement du milliardaire américain Paul Singer. On lui prête le nom de fonds « vautour » car, tel un charognard attiré par l’odeur du sang, il rôde autour des États et des entreprises au bord de la faillite.

L’ennemi juré de Buenos Aires a suivi la frégate et obtenu l’accord d’un tribunal du Ghana pour la saisir. Coutumier de ces opérations musclées, Elliott a déjà tenté de s’emparer des avoirs de la Banque centrale d’Argentine aux États-Unis, et se bat devant les tribunaux français pour mettre la main sur les redevances pétrolières de la filiale de Total opérant en Terre de feu et dans le bassin du Neuquén. Son but ? Imposer son chantage à l’État argentin, qui refuse de le rembourser, à la suite de la retentissante faillite de 2001, la plus importante de l’histoire jusqu’à celle de la Grèce en début d’année.

Dimanche, le Tribunal international du droit de la mer a ordonné la restitution du navire. L’affaire suit son cours mais l’incident du Ghana vient rappeler à l’Argentine que, en dehors de ses frontières, le danger est partout.

Pas vraiment une nouveauté pour un pays qui ne s’aventure plus sur les marchés de capitaux internationaux depuis onze ans, par peur d’une saisie sur ses titres de créance.

Depuis la crise de 2001, plus de 800 poursuites ont été engagées à l’étranger et d’innombrables procès instruits sur le sol argentin. Cette année, les événements ont pris une tournure funeste.

Le 26 octobre, l’impensable s’est en effet produit.

La cour d’appel des États-Unis a sommé Buenos Aires de rembourser Elliott et Aurelius, un autre fonds spéculatif qui achète des actifs dont la valeur de marché a fondu. Ces deux impitoyables créanciers détiennent des emprunts argentins en droit de New York, qui ont été émis avant les opérations de restructuration de dette de 2005 et 2010, auxquelles ils n’ont pas participé.

La justice américaine exige qu’ils soient remboursés pleinement, chaque fois que Buenos Aires honore ses paiements à l’égard des prêteurs qui ont, eux, accepté de faire des sacrifices. La somme en jeu s’élève à 1,33 milliard de dollars. Un montant trop faible pour mettre le pays à genou, mais qui a pourtant failli provoquer un défaut de paiement le 15 décembre, si l’Argentine n’avait finalement bénéficié d’un sursis. Car, pour respecter le principe d’égalité entre ses créanciers, Buenos Aires risquait tout simplement de stopper tous ses remboursements. Une menace prise au sérieux par les agences de notation. L’intrépide Cristina Kirchner n’a-t-elle pas juré qu’elle ne verserait jamais rien aux fonds « vautours » ?

« Aussi longtemps que je serai présidente, ils pourront garder la frégate mais personne ne portera atteinte à la liberté, à la souveraineté et à la dignité de ce pays »,

a déclaré avec emphase la veuve de l’ancien président Nestor Kirchner. Les plus radicaux qualifient de « crimes contre l’humanité » les agissements des fonds. Dans le camp adverse, on invoque plus prosaïquement le respect des contrats. Argument qu’a retenu la justice américaine. Le défaut n’a pas eu lieu, mais la bataille continue. Dans ce combat homérique, l’ancien élève modèle de l’Amérique latine s’est choisi un puissant allié : le cabinet américain Cleary Gottlieb, qui s’est forgé une noble réputation en prenant la défense des États en délicatesse avec leurs créanciers.

Ses brillants avocats, qui ont aussi œuvré à la restructuration de la dette grecque, ont influencé le droit de la dette souveraine des dernières décennies. Le cabinet épaule l’Argentine depuis le début, ce qui lui assure une confortable rente de plusieurs dizaines de millions de dollars par an, estiment des spécialistes. Mais la cuisante défaite du 26 octobre a fissuré l’idylle. Des députés argentins militent pour répudier tous les contrats avec Cleary Gottlieb.

Malmené par les tribunaux américains, cible de plaintes devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi) – l’Argentine est citée dans 14 % des affaires en cours, impliquant entre autres EDF, Suez, Vivendi et Total – le pays est aussi de plus en plus isolé sur le plan diplomatique. La nationalisation de YPF, la filiale de la compagnie pétrolière espagnole Repsol, en mai dernier, a choqué le monde entier. Ce n’est pas un hasard si, peu de temps après, l’Union européenne a saisi l’Organisation mondiale du commerce (OMC) au sujet des restrictions imposées par Buenos Aires sur les importations.

La crispation est telle que récemment, l’Espagne, les États-Unis mais aussi l’Allemagne ont voté contre l’octroi d’un prêt de 60 millions de dollars de la Banque interaméricaine de développement en faveur de l’Argentine. Le prêt a quand même pu être accordé, mais la fronde a blessé l’ardente « Reina ». « Ils s’obstinent à nous punir parce que nous sommes le mauvais exemple d’un pays qui se construit et se lève sans la tutelle de quiconque », a réagi la présidente. Plus grave, le Trésor américain menace désormais de s’opposer à l’extension des crédits de la Banque mondiale, considérant que l’Argentine ne fait pas « son devoir vis-à-vis des créanciers et ne collabore pas avec les institutions internationales ».

La France, elle, brille par son silence. La présence de plusieurs fleurons tricolores en Argentine, comme Renault, Total, Carrefour, ou Saint-Gobain, explique sans doute la réticence de Paris à hausser le ton, en dépit des promesses non tenues, comme le projet de TGV d’Alstom. A y regarder de plus près, l’attitude de la France est néanmoins ambiguë. Plusieurs groupes hexagonaux, à l’instar de BNP Paribas, se sont dressés contre Buenos Aires à la suite de la faillite de 2001 et n’ont rendu les armes qu’en 2010, lors de la deuxième opération d’effacement de dette.

Quant au Club de Paris, cette association des pays créanciers les plus riches, présidée par le directeur du Trésor français, il n’a toujours pas renoncé à se faire rembourser son prêt d’environ 8 milliards d’euros. Les annonces de renégociation se succèdent depuis des années, mais les statuts du Club de Paris l’empêchent de procéder à un abandon de créances sans une intervention du Fonds monétaire international (FMI). Ce que Buenos Aires refuse catégoriquement. Car, entre le FMI et son ancien favori, les relations sont glaciales. La rupture remonte à 2001, mais les motifs de querelle sont sans fin. Dernier en date : les statistiques officielles.

Le FMI a tapé du poing pour obtenir des chiffres d’inflation réalistes. « [L’Argentine] a un carton jaune et a trois mois pour éviter le carton rouge », a asséné Christine Lagarde, la directrice du Fonds, en septembre. Piquée au vif, la présidente argentine a eu ce trait mordant : « Nous ne sommes pas une équipe de football. Nous sommes une nation souveraine. Et la crise économique n’est pas un jeu[…]. Quant à parler de sport, il est clair que le président de la Fifa conduit sa mission de bien meilleure manière que les principaux dirigeants du FMI. » Le pays, dont l’orgueil a toujours irrité ses voisins, a-t-il les moyens de faire le vide autour de lui ? L’Argentine, qui a sombré dans la crise à la suite de deux chocs successifs à la fin des années 1990 – la crise russe et la dévaluation du réal brésilien -, avait un temps réussi à redresser la barre.

Mais cette époque est révolue. Le modèle de croissance qui prévalait jusqu’en 2005-2007 s’est essoufflé. Plus de marges budgétaires, une banque centrale pillée par l’État, une inflation qui s’envole au-dessus de 20 % (contre 10 % selon les données officielles), érodant la compétitivité du pays et étouffant le peuple, encore traumatisé par le « corralito » (le gel des retraits bancaires)… « L’économie a fortement décéléré en 2012 en raison de l’interventionnisme de l’État […]. Les récentes manifestations montrent que la population est mécontente à plusieurs titres : l’inflation élevée, les contrôles des changes très durs, des infrastructures qui se délitent et la corruption », pointe Fitch. Dans ce contexte, les entreprises souffrent d’un accès difficile aux capitaux. « L’Argentine a de grandes ambitions dans le secteur de l’énergie, mais elle ne peut pas s’autofinancer ; il faut qu’elle change d’attitude pour attirer des flux d’investissement », tranche un observateur.

Onze ans après sa faillite, l’option que proposait l’Argentine, en s’émancipant du joug du FMI, ne fait plus rêver. La Grèce, dont les Européens redoutaient qu’elle ne suive l’exemple argentin, a choisi une autre voie. Athènes n’avait de toute façon pas les atouts du pays d’Amérique latine, notamment ses richesses naturelles. Une dévaluation consécutive à une sortie de l’euro – comparable à la fin du régime de taux de change fixe entre le peso argentin et le billet vert – aurait été une catastrophe pour son économie, même en établissant des contrôles de capitaux.

Quant à l’effacement de dette, il a été savamment pensé pour éviter les écueils argentins. Les avocats-conseils ont cette fois étroitement serré les mailles du filet afin que des hordes de créanciers n’échappent pas à la restructuration. « Le cas argentin illustre comment tout faire de travers. Une décennie plus tard, le pays n’a toujours pas pu revenir sur les marchés internationaux et est plongé dans le pire imbroglio juridique qu’un Etat ait connu, confie Mitu Gulati, éminent spécialiste de la dette souveraine. Par contraste, la Grèce a sans doute procédé à la restructuration de dette la plus brutale de l’histoire et s’en est sortie relativement indemne. »

Les Échos

François Chérèque devient le «Monsieur pauvreté» du gouvernement
Terra Nova : "Pour favoriser l'égalité, l'orientation sexuelle doit être inscrite à l'article 1 de la Constitution"

Commentaires

Accueil
Menu
X