Qui sont les évangéliques de France ?

Avr
2012

Ces communautés protestantes très actives souffrent d’un manque de lieux de culte.

http://img838.imageshack.us/img838/6667/egliseevangeliquemaxppp.jpg

Le drame de dimanche à Stains, en Seine-Saint-Denis, a braqué les projecteurs sur les évangéliques. Peu connue et pourtant en très forte expansion, cette communauté protestante s’est donné pour mission de transmettre la foi. Europe1.fr vous en dit plus sur les évangéliques.

Environ 45.000 dans les années 1950, les évangéliques sont désormais dix fois plus en France métropolitaine. S’il n’existe aucune statistique officielle, on estime qu’ils sont aujourd’hui 460.000. Les évangéliques représentent ainsi plus de la moitié des protestants et 10% des catholiques pratiquants.

Un dynamisme et un développement qui dépassent même l’islam.

Les évangéliques se démarquent aussi par leur diversité. Des centaines d’églises différentes existent, comme l’Eglise de Dieu en France, les Assemblées de Dieu, l’Église du ministère de grâce et vérité, la Mission évangélique de restauration du jardin d’Eden…

On estime ainsi qu’une nouvelle église est créée tous les dix jours.

Le problème des évangéliques est de trouver des lieux de culte pour prier. En 1970, ils avaient 770 lieux de culte, contre 2.000 aujourd’hui – dont un tiers en Ile-de-France.

Et les évangéliques prévoient d’en ouvrir encore 4.000 dans les prochaines années. L’objectif est d’atteindre un maillage aussi dense que celui des églises catholiques. (…)

« Le dimanche, ils sont parfois très nombreux à se rassembler dans des salles de prière qui sont parfois de simples garages voire des pavillons de banlieue », précise Odon Vallet, spécialiste des religions, sur Europe 1.

« Certains craignent que, si on construit de nombreuses salles de prière évangéliques, il y ait des conflits avec les musulmans.

Néanmoins cet accident montre la nécessité de se pencher enfin sur le problème des salles de prières évangéliques en France et plus généralement sur les évangéliques qu’on a tendance à minimiser parce qu’on est entièrement focalisés sur l’islam », a-t-il analysé.

Europe 1