Plein ecran

Norvège : « Nous avons perdu la ville », dit la police d’Oslo

Nov
2011
Hebergeur d'image

Sturla Nøstvik, la 351e vitime de l'année à Grønland

L’Aftenposten est le plus important quotidien de la région d’Oslo. Il est généralement favorable à l’islam et au multiculturalisme.

Sturla Nøstvik, 36 ans, ne se doutait pas qu’un danger le guettait quand il a été frappé au front avec le canon d’un pistolet. Ce coup a été le début des cinquante minutes d’enfer qu’il a vécues en tant qu’otage d’un groupe de voleurs.

La nuit à Oslo, les femmes sont violées et les hommes sont volés plus fréquemment que jamais.

Dans les dix dernières années, plus de 4.000 personnes ont été victimes de vol dans le centre ville et le secteur de la station de police de Grønland [un ghetto d’immigrés]. La plupart des victimes sont des jeunes hommes. Sturla Nøstvik est la 351e victime de l’année à  Grønland ; durant la même période, une cinquantaine de viols ont été signalés à Oslo. Les voleurs jouent sur ​​la peur, la violence et de graves menaces afin de marquer les victimes. Le surintendant de police de Grønland, Inge Sundeng, les décrit comme «les victimes plus ou moins oubliées».

La police a rendu visite à Sturla Nøstvik aux urgences après le vol. Ils lui ont dit qu’une bande de voleurs avait commis de nombreux vols semblables à Grünerløkka et dans les environs au cours des trois dernières semaines. Ils ont ajouté que tout le monde devrait avoir le droit de se sentir en sécurité, mais qu’ils n’avaient aucun moyen de mettre fin aux vols. «Nous avons perdu la ville», ont-ils déclaré.

Aftenposten via Poste de veille



Cliquez pour accéder au site