Plein ecran

Après la Grèce, l'Espagne inquiète les marchés financiers

Mai
2010

Les craintes sur l’Espagne font chuter les Bourses internationales et l’euro. A Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 3,64%, son plus bas niveau depuis 2 mois. Les rumeurs de dégradation de la note de l’Espagne continuent d’inquiéter les marchés. Mais, outre une crise économique, l’Espagne vit aussi une crise morale.

L’UE et le FMI viennent tout juste de débloquer une aide financière à la Grèce et voilà que les marchés s’affolent à nouveau. L’Espagne est cette fois-ci dans leur collimateur.

Près de 5% de baisse à Madrid, – 4% à Lisbonne, -4,7 à Milan, – 3,64% à Paris, -2,5% à Londres et Francfort… La crise grecque a une nouvelle fois fait plonger les bourses ce mardi en Europe. Malgré le bouclage du plan d’aide à la Grèce, la crainte d’une contagion au reste de l’Europe a fait chuter les marchés dans le sillage de la bourse d’Athènes qui a dégringolé de plus de 6,6%. La Bourse de New York a elle aussi ouvert en nette baisse mardi, les investisseurs s’inquiétant des difficultés budgétaires des pays de la zone euro : le Dow Jones perdait plus de 2% et le Nasdaq 2,81%. L’indice Hang Seng a perdu 2% à Hong Kong, celui de la bourse de Shanghai 2,1%, Singapour 1,2% et les marchés australiens 1,9%.

La semaine dernière, l’agence de notation Standard and Poor’s, a dégradé la note de la dette à long terme de l’Espagne. Leurs spécialistes estiment que la croissance morose du pays risque d’empêcher le gouvernement de réduire des déficits qui ont explosé à 11,2% du PIB en 2009.

Des rumeurs selon lesquelles d’autres agences de notation allaient dégrader la note de l’Espagne et selon lesquelles Madrid pourrait demander une aide financière colossale au FMI continuent de faire tanguer les marchés financiers. Moody’s et Fitch ont pourtant assuré mardi que cette dernière restait pour l’instant la plus élevée possible, le fameux triple AAA.


L’euro vers le seuil des 1,30 dollar

En outre, l’euro se dirigeait à grande vitesse vers le seuil de 1,30 dollar mardi, après avoir enchaîné les plus bas depuis un an. Il valait 1,3043 dollar mardi en fin d’après-midi, contre 1,3187 dollar lundi soir, évoluant à son niveau le plus faible depuis fin avril 2009.

Avec le Portugal, l’Espagne est l’un des pays de la zone euro qui inquiète le plus les marchés. Même si son niveau de dette publique est nettement plus bas que celui d’Athènes ou de Lisbonne (53,2% du PIB en 2009).

« Folie d’avancer cela« 

Depuis des semaines la plupart des spécialistes répète que la situation du Portugal ou de l’Espagne n’a rien à voir avec celle de la Grèce. Le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, a estimé mardi qu’il fallait éviter ce type de rapprochements.

« L’Espagne a un ratio dette/PIB plus ou moins d’environ la moitié de celui de la Grèce, c’est donc évidemment une situation totalement différente. L’Espagne a connu quatre ou cinq années d’excédents (budgétaires) avant la crise, » a-t-il ajouté. « Je pense qu’il faut être très prudent et très responsable afin d’éviter des comparaisons qui ne peuvent être faites, » a-t-il poursuivi.

Le Premier ministre espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, a aussi rejeté mardi l’idée que son pays puisse être à son tour contraint de faire appel à l’aide internationale.

« J’ai entendu parler de cette rumeur, et je ne lui accorde aucun crédit, » a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Bruxelles. « C’est une folie que d’avancer cela, » a-t-il ajouté, parlant d' »une absurdité énorme. »

280 milliards d’euros

Mais rien n’y fait, les inquiétudes grandissent autour de Madrid. « Une rumeur est en train de circuler dans les salles de marché selon laquelle l’Espagne aurait besoin de 280 milliards d’euros et pourrait les demander » au Fonds monétaire international, a ainsi expliqué Yves Marçais, vendeur d’actions chez Global Equities.

Certains investisseurs estiment ainsi que Madrid risque d’avoir besoin, comme la Grèce, d’une aide exceptionnelle de l’UE et du FMI pour éviter la banqueroute.

Jeudi prochain, le Trésor espagnol procédera à l’émission de bons du trésor à 5 ans, proposant 3% d’intérêt. Il espère lever au moins deux milliards d’euros. Un test est crucial pour savoir si le marché lui fait encore confiance ou non.

Profonde crise morale

Confrontée à une grave détérioration de sa situation économique avec près de 4,6 millions de chômeurs et un déficit des comptes publics représentant 11,2 % de son produit intérieur brut (PIB), l’Espagne de José Luis Rodriguez Zapatero connaît parallèlement une profonde crise morale. Qu’illustrent une accélération des affaires de corruption et la remise en cause répétée des décisions d’une justice, accusée, paradoxalement, par la droite comme par la gauche, d’être partisane. Cette dernière se trouve notamment mise sur la sellette à la suite des poursuites engagées par le tribunal suprême contre le très médiatique juge Baltazar Garzon pour prévarication dans le cadre d’une enquête lancée par ce magistrat sur les victimes du franquisme.

Les critiques se nourrissent aussi de l’incapacité répétée du tribunal constitutionnel, profondément divisé politiquement, à se prononcer depuis plus de trois ans sur la validité du statut actuel de la Catalogne qui reconnaît officiellement sa qualité de nation et fait du catalan la première langue de la région. Début avril encore, les juges n’ont pas réussi à trouver un accord sur un texte de consensus.

Dans une récente chronique parue sur le site d’information « El Confidencial, » José Antonio Zarzalejos, ancien patron du quotidien « ABC,» rappelait que la transition démocratique qui a suivi la mort du général Franco s’appuyait sur deux piliers : la réconciliation des Espagnols autour d’une reconnaissance des torts de chacun et une vaste amnistie pour cicatriser les blessures de la guerre civile ainsi que, parallèlement, la création d’un État des autonomies tenant compte de la personnalité des régions et des nationalités composant le territoire dans le cadre de la nation espagnole.

Or, selon cet analyste politique reconnu, ce double pacte, maintenu par Adolfo Suarez, Felipe Gonzalez et José Maria Aznar, entre 1976 et 2004, a été « cassé » par José Luis Rodriguez Zapatero à son arrivée au pouvoir avec la révision du statut de la Catalogne en 2006 et la loi dite de « mémoire historique » l’année suivante. En jugeant « discutée et discutable » la notion de « nation espagnole, » le président du gouvernement socialiste a relancé les revendications indépendantistes des nationalistes catalans et basques. Et réveillé, par ailleurs, l’affrontement droite-gauche sur la responsabilité de chacun dans le déclenchement d’une guerre civile qui a fait plus de 500.000 morts via un texte à l’interprétation difficile comme en témoignent les recours actuels devant la cour suprême.

Infondées ou non, ces polémiques provoquent, surtout aujourd’hui, des tensions inutiles alors que la situation économique de l’Espagne nécessiterait plutôt l’unité et la mobilisation de tous. Alors que le dialogue social patine depuis plus d’un an, les syndicats donnent l’impression d’être plus prompts à se mobiliser pour la défense du juge Garzon que pour celle des millions de demandeurs d’emploi, dont le sort dépend d’une inéluctable réforme du marché du travail. Sujet qu’ils refusent catégoriquement d’aborder avec le patronat, tandis que le gouvernement se refuse à prendre ses responsabilités en la matière. L’affaire du statut catalan pollue, pour sa part, le vrai débat qui devrait se poser sur les « surcoûts » de l’organisation territoriale de l’Espagne, estimés par certains à 24 milliards d’euros, soit 2,4 % du PIB espagnol.

Communautés autonomes et municipalités concentrent 54,8 % des dépenses publiques, soit 10 points de plus qu’en Allemagne, qui est un véritable État fédéral ! Et les contrôles du pouvoir central sont des plus lâches. De 2,2 % en 2009, le déficit cumulé des comptes publics des 17 autonomies du pays devrait grimper à 3,2 % du produit intérieur brut cette année et à 4,2 % l’an prochain… On voit mal comment les intéressées, déjà endettées à hauteur de 86 milliards d’euros, pourront réduire le dérapage de leurs comptes à – 1,1 % en 2013, moyennant les 10 milliards d’euros d’économies « imposées » par le ministère de l’Économie et des Finances dans l’objectif de permettre à l’Espagne de se mettre en règle avec Bruxelles en ramenant le total de ses déficits sous la barre fatidique des 3 %…

Affaires de corruption

Face à la gestion erratique de leur gouvernement durant ces deux dernières années de crise, les Espagnols peuvent s’inquiéter aussi de la capacité de l’opposition, aujourd’hui en tête dans les intentions de vote, à prendre la relève en 2012. Si les scandales immobiliers n’ont épargné aucune formation politique qu’elle soit de gauche, de droite ou nationaliste durant l’âge d’or du BTP, le Parti populaire (PP) se trouve enferré depuis un an dans des affaires de corruption qui viennent d’entraîner la démission de leurs postes électifs de son trésorier et d’un de ses députés. Résultat, alors qu’ils font preuve d’un étonnant calme social malgré la dramatique situation dans laquelle beaucoup se trouvent plongés et qu’ils montrent l’exemple en se serrant la ceinture, les Espagnols de la rue donnent la curieuse impression d’être les seuls à être actuellement à la hauteur des graves circonstances que connaît leur pays.

E24 &Les Échos

(Merci à Pakc, à Monsieur X et à tous les autres lecteurs qui alimentent régulièrement Fortune en informations.)

Grèce : les 3 mensonges des médias et des experts (3)
Le prix Nobel d'économie prédit la fin de l'euro

Commentaires

Accueil
Menu