Plein ecran

Grenoble : une juge accepte la remise en liberté de Yanis El Habib, l’un des trois meurtriers d’Adrien Perez (MàJ : Il restera finalement en prison)

30/07

30/07/2020

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Grenoble a infirmé, ce jeudi en début d’après-midi, l’ordonnance de la juge des libertés et de la détention qui, le 23 juillet, n’avait pas prolongé la détention provisoire de Yanis El Habib.

(…) Par son arrêt, la chambre de l’instruction prolonge ainsi de six mois la détention provisoire du jeune Isérois dont le frère aîné est également mis en examen et écroué.  Les deux hommes peuvent, par ailleurs, à tout moment, déposer des demande de mise en liberté.

(…) Le Dauphiné


29/07/2020

Ce mercredi, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Grenoble a examiné l’appel formé par le ministère public après la décision prise jeudi dernier par un juge des libertés et de la détention de ne pas prolonger la détention provisoire de Yanis El Habib, l’un des hommes mis en examen dans l’affaire du meurtre d’Adrien Perez qui avait été tué d’un coup de couteau lors d’une rixe à la sortie d’une boîte de nuit le 29 juillet 2018 à Meylan, dans la banlieue de Grenoble.

La chambre de l’instruction rendra son arrêt jeudi 30 juillet à 14 heures.

Le Dauphiné



28/07/2020

Un juge des libertés et de la détention a décidé de la remise en liberté de Yanis El Habib, l’un des trois prévenus dans l’affaire du meurtre d’Adrien Perez, survenu il y a deux ans, le 29 juillet 2018.

Le 31 juillet prochain, Yanis El Habib, l’un des trois meurtriers présumés d’Adrien Perez, pourrait être libéré et placé sous contrôle judiciaire. En effet, un juge des libertés et de la détention a décidé dans son ordonnance du 23 juillet de refuser la prolongation de la détention préventive de Yanis El Habib. Le procureur de Grenoble a fait immédiatement appel de cette décision.

Pour les parents d’Adrien Perez, la douleur est immense. Elle se double d’une incompréhension totale et d’une colère infinie. Ce n’est pas la première fois que Yanis El Habib faisait une demande de remise en liberté. A chaque fois, au regard du dossier de l’instruction accablant, elles lui avaient été refusées.

(…) Pour maître Farelly, cette décision du juge des libertés et de la détention « est en contradiction avec la jurisprudence, méconnaît la gravité de la souffrance des victimes ».

« Comment des gens peuvent avoir l’aplomb de remettre un assassin en liberté ? »

(…) Valeurs


Patricia Perez s’indigne :

« Le juge des libertés a-t-il vraiment lu le dossier ? Nous, nous connaissons le dossier de notre fils de A à Z.  Et, c’est clair, il y a une vidéo qui est claire ! On a ôté la vie, à notre fils pour rien, d’un coup de couteau en plein cœur. Il avait la vie devant lui, il avait un travail, des amis qui l’aimaient. Nous, ses parents, on survit, on n’a plus goût à rien. »

Bruno Perez, le père d’Adrien, lui aussi, a du mal à contenir son chagrin et sa colère :

« Mercredi 29 juillet quand ils vont rendre leur décision, ce sera le jour du deuxième anniversaire de la mort de mon fils. Alors , imaginez ! S’il sort ? Depuis quatre jours, je ne mange plus, je ne dors plus, je ne pense qu’à çà ! Comment je peux imaginer que celui qui a levé les bras en l’air, en criant victoire, quand mon fils est tombé par terre, puisse voir le ciel bleu et arriver les mains dans les poches à son procès ? Une prison, c’est fait pour réfléchir à ses actes. il doit y rester. »

Le 29 juillet 2018, après avoir fêté son anniversaire dans une boîte de Meylan, près de Grenoble, Adrien quitte l’établissement avec ses amis. Des jeunes apostrophent alors une jeune fille du groupe. Un ami d’Adrien intervient. Deux frères et leur copain s’en prennent à lui, Adrien et son ami Matthieu viennent à son secours. Matthieu est gravement blessé au poumon et au bras, Adrien est tué.

Yanis El Habib, 21 ans aujourd’hui, détenu à Saint Quentin Fallavier, nie avoir donné le coup de couteau mortel. Son frère, Younès, 23 ans, semble vouloir endosser la responsabilité de l’acte. Le troisième impliqué, Liam Djadouri, 22 ans, a lui été laissé libre sous contrôle judiciaire, dès le début de l’affaire.

Younès et Yanis El Habib

France Bleu


En lien :

Témoignage choc de la mère d’Adrien Perez : « Nos enfants se font assassiner, et toujours par les mêmes! »

La mère d’Adrien Perez dénonce le « mépris » de Macron et juge celui-ci « incapable de mettre fin au règne sauvage d’une minorité qui empoisonne les Français »

Meurtre d’Adrien Perez : « Nos gouvernants ne s’intéressent pas à la sécurité des Français, elle est secondaire » selon son père (MàJ)

« Notre pays sombre dans la violence. Sauvez nos enfants ! » : le cri de détresse des parents d’Adrien, tué pour avoir protégé ses amis (MàJ)

Lyon : Hanane, 37 ans, poignardée puis égorgée, son mari en garde à vue
Caen : un migrant en situation irrégulière condamné pour une agression sexuelle sur une fillette, il n'ira pas en prison, il ne sera pas expulsé

Commentaires

Accueil
Menu