Plein ecran

Chauffeur de bus tué à Bayonne : « Il y a une violence gratuite toutes les 44 secondes en France » (Maurice Berger, pédopsychiatre)

13/07

INTERVIEW – Selon le pédopsychiatre et psychanalyste Maurice Berger les meurtres de Philippe Monguillot et Mélanie Lemée témoignent d’une profonde crise de l’autorité.

LE FIGARO. – Philippe Monguillot est mort, tabassé pour avoir demandé à ses passagers de valider un ticket de bus. Ce meurtre fait suite à celui de la gendarme Mélanie Lemée lors d’un contrôle routier. Certains observateurs y voient de simples faits divers, d’autres le symptôme de l’ensauvagement de la société. Qu’en est-il, selon vous?

Maurice BERGER. – Les circonstances de ces deux morts ont un point commun, le refus de se soumettre à la loi, fût-ce en tuant: refus de mettre un masque et de présenter un titre de transport avec le conducteur de bus, refus de se soumettre à un contrôle routier avec la gendarme. Ce comportement est trop fréquent pour être considéré comme un fait divers, c’est un mode de relation: pour la quasi-totalité des mineurs délinquants dont je m’occupe en tant que pédopsychiatre, les règles minimums du vivre ensemble, et encore plus les lois, ne sont pas comprises comme une nécessité à respecter pour une vie en commun, mais comme une soumission insupportable.

(…) Le Figaro

En lien :

Le Pr Berger explique pourquoi il n’y a que 8% de jeunes d’origine française dans les centres éducatifs renforcés

Le plus grand spécialiste de la prise en charge psychologique des enfants et adolescents violents en France : «Non, la violence gratuite n’est pas due à la ghettoïsation»

Une centaine d'individus impliqués dans des incidents hier à Bruxelles. Les forces de l'ordre à nouveau caillassées. MàJ Vidéo.
Malville (44) : les résultats d'un scrutin municipal annulés à cause de l'abstention

Commentaires

Accueil
Menu