Plein ecran

France : un terroriste italien d’extrême gauche interpellé à Saint-Etienne

06/07

Un anarchiste italien arrêté à Saint-Etienne, soupçonné d’attaque à l’explosif à Rome

Roberto Cropo, un Italien de 34 ans, a été interpellé le 12 juin sur la base nautique de Saint-Victor-sur-Loire, dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen. Il est soupçonné d’appartenir à une cellule anarchiste, basée à Rome.

Avec six autres compatriotes arrêtés en Italie et en Espagne dans le cadre de l’opération Bialystok, Roberto Cropo est soupçonné d’appartenir à une cellule anarchiste, basée à Rome. Une enquête a été ouverte à la suite de l’attaque à l’explosif de la caserne des Carabinieri de San Giovanni à Rome en 2017. Un acte revendiqué par la FAI-FRI, une organisation anarchiste armée. Aujourd’hui, Roberto Cropo est incarcéré à Fresnes.

[…]

L’article dans son intégralité sur France Bleu


[…]

Deux arrestations effectuées en Espagne et en France 
Cerrone et Cropo ont été localisées à l’étranger, en France et en Espagne. Le procureur de Rome avait émis contre eux un mandat d’arrêt européen. Francesca Cerrone était en Espagne depuis un certain temps: elle a été arrêtée près d’Almería avec la collaboration de la « Comisaria general de informacion » du Corps national de police. Roberto Cropo, retrouvé à bord d’un camping-car, a été arrêté à Saint-Etienne avec la collaboration de la « Sous-direction de l’anti-terrorisme (Sdat) » de la Direction centrale de la police judiciaire française. Les corps de police étrangers ont été mobilisés par le biais du Service de coopération Police internationale / Sirene.

Actions

Les militants sont tenus responsables d’association à des fins de terrorisme ou de subversion à l’ordre démocratique, d’acte de terrorisme avec des engins mortels et explosifs, de possession et de port de matériel explosif, d’incitation à commettre des crimes contre la personnalité de l’État ainsi que des incendies et des dommages aggravés du but du terrorisme et de la subversion de l’ordre démocratique.La mesure découle d’enquêtes lancées après l’attaque explosive contre la station Carabinieri à Rome San Giovanni le 7 décembre 2017, revendiquée par la Fédération informelle des anarchistes, pour laquelle l’un des arrêtés est accusé. 

[…]

La Stampa

Pauvreté: le fossé économique entre la métropole et l'outre-mer encore loin d’être comblé
Nîmes : le procès des pirates de la route débute ce matin

Commentaires

Accueil
Menu