Plein ecran

Sarcelles : Thomas, 23 ans, poignardé à mort par un homme qui sortait de prison (MAJ : Témoignage du père de la victime)

05/07

5 juillet 2020


4 juillet 2020


Une quinzaine d’opérations

Thomas est resté trente et un jours à la Pitié-Salpêtrière et a subi une quinzaine d’opérations.

[…]

Les parents de la victime, Philippe et Nathalie, ont exprimé leur colère au Parisien, affirmant que Sarcelles s’est enfoncée dans la violence. « Le précédent maire a acheté la paix sociale, la police n’est jamais là quand on a besoin d’elle. Et la justice a laissé sortir de présion l’homme qui a tué notre fils, nous voulons savoir s’il a bénéficié d’une de ces remises de peine accordées sur fond de crise sanitaire », ont-ils expliqué au quotidien.

Ils ont assuré que des amis de leur fils unique ont reçu « des menaces » après avoir aidé les enquêteurs. Ils attendent désormais qu’un médecin légiste redige un rapport d’autopsie pour pouvoir enterrer leur fils unique.

[…]

L’article dans son intégralité sur BFM


3 juillet 2020

Val-d’Oise : la colère des parents de Thomas, 23 ans, poignardé à mort à Sarcelles

Le jeune homme est mort à l’hôpital à Paris dans la nuit du 11 juin après avoir été agressé à Sarcelles dans la nuit du 10 mai par un homme, sorti depuis peu de prison. Ses parents accablés par la souffrance témoignent de leur désarroi.

C’est un couple brisé par la douleur après le décès de leur fils unique. Thomas est mort dans la nuit du 10 au 11 juin des suites de ses blessures à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris (XIII e ). Ce jeune homme de 23 ans avait été poignardé à Sarcelles (Val-d’Oise) dans la nuit du 9 au 10 mai dernier alors qu’il fêtait la fin de son contrat avec des amis, par un quadragénaire, sorti depuis peu de prison. Ses parents, Philippe et Nathalie, ne cachent pas leur colère. Après avoir passé 35 ans dans le quartier du Village à Sarcelles, Philippe estime que la ville dans laquelle leur fils a grandi a changé pour devenir une zone de non-droit.

Ce soir-là, rue Chaussy, Thomas, passionné de musique et de freeride en trottinette, venait de terminer un contrat dans une enseigne de bricolage avant de retrouver un emploi chez un distributeur de boissons.

[…]

L’article dans son intégralité sur Le Parisien

 

“On prend les soignants et on leur crache dessus”, Jean Castex perçu comme le responsable de la casse de l'hôpital
Bellerive-sur-Allier (03): un migrant afghan condamné pour le viol d'une adolescente française

Commentaires

Accueil
Menu