Plein ecran

La chanteuse malienne Inna Modja : « Ceux que l’on appelle migrants économiques sont en fait des réfugiés climatiques »

30/06

Déjà engagée pour la défense des femmes en Afrique, Inna Modja s’investit aujourd’hui dans la lutte contre la désertification sur le continent. La chanteuse malienne de 36 ans porte ainsi sur ses épaules le documentaire The Great Green Wall, plaidoyer musical et environnemental sorti le 22 juin.

Une matinée grise et humide de fin janvier. Paris, qui ne sait pas encore qu’elle sera confinée dans quelques semaines, grelotte sous des températures négatives. Au cinquième étage d’un hôtel de luxe près des Champs-Elysées, Inna Modja enchaîne les interviews. La sculpturale chanteuse malienne est venue défendre The Great Green Wall (La Grande muraille verte), un documentaire produit par le Brésilien Fernando Meirelles (La Cité de Dieu, The Constant Gardener).

Le film, finalement sorti ce 22 juin avec deux mois de retard en raison de la crise sanitaire, marche sur les traces de l’initiative panafricaine du même nom, qui s’est lancé le pari insensé de lutter contre la désertification en reboisant 8.000 km de terres africaines. Naviguant entre musique et combat environnemental, se perdant parfois dans une pesante recherche esthétique, The Great Green Wall est un plaidoyer écologique ayant le mérite de laisser toute la place aux acteurs locaux, pour qu’ils évoquent les ravages de la désertification, les combats qu’il leur reste à mener mais aussi les espoirs qui les animent. […]

Le JDD

L'ONU demande à la Hongrie de retirer une nouvelle loi qui prévoit le refoulement des demandeurs d'asile à la frontière
États-Unis : selon une étude les manifestations Black Lives Matter feraient baisser la propagation du Covid19 dans les grandes villes

Commentaires

Accueil
Menu