Plein ecran

« Obamagate » : Trump accuse Obama du « plus grand crime politique de l’histoire américaine ».

11/05

Donald Trump a continué à s’enflammer pour l’enquête sur la Russie dimanche, plus d’un an après que le conseiller spécial Robert Mueller ait déposé son rapport sans recommander de charges contre le président, mais seulement trois jours après que le ministère de la justice ait déclaré qu’il abandonnerait ses poursuites contre Michael Flynn, le premier conseiller à la sécurité nationale de Trump.

« Le président a écrit dans un tweet accompagnant l’affirmation d’un présentateur de talk-show conservateur que Barack Obama « a utilisé ses dernières semaines de mandat pour cibler les nouveaux fonctionnaires et saboter la nouvelle administration ».

Le tweet fait écho à des messages précédents retweetés par Trump, qui s’est vu reprocher de relayer des théories de conspiration. Le dimanche après-midi, le président a continué à envoyer un flux de tweets de mèmes et de têtes parlantes de droite prétendant à une conspiration anti-Trump. Un tweet de Trump a simplement été lu : « OBAMGATE ! »

Trump a renvoyé Flynn, un général à la retraite, au début de 2017, pour avoir menti au vice-président Mike Pence à propos de conversations avec l’ambassadeur russe concernant les sanctions imposées par l’administration Obama en représailles à son ingérence dans les élections de 2016.

La communauté des services de renseignements américains a longtemps soutenu que ces efforts visaient à faire pencher l’élection vers Trump et à éloigner Hillary Clinton, la candidate démocrate.

Flynn a plaidé coupable d’avoir menti au FBI – ce que Trump a reconnu – et a coopéré avec Mueller, qui a été nommé pour prendre en charge l’enquête sur l’ingérence russe après que Trump ait renvoyé le directeur du FBI James Comey.

Mueller n’a pas établi une conspiration criminelle, mais a exposé les liens étendus entre Trump et Moscou et les cas d’obstruction possible à la justice par le président.

Flynn a cherché à modifier son plaidoyer en attendant la sentence et le président a défendu son cas, en proposant une possible grâce. Jeudi, dans un acte qui a stupéfié les médias américains, le procureur général William Barr a déclaré que le ministère de la justice abandonnerait complètement l’affaire.

Trump et ses partisans ont claironné haut et fort cette décision et, samedi et dimanche, le président a déclenché une tempête de retweets de partisans et de commentateurs conservateurs qui ont attaqué des cibles comme Obama, Mueller, Comey et le président de la commission des renseignements de la Chambre, Adam Schiff.

L’animateur du talk-show, Buck Sexton, est un ancien analyste de la CIA qui anime aujourd’hui une émission dont il dit qu’elle « dit la vérité au pouvoir et coupe court aux absurdités libérales des grands médias ».

Dans un autre message retweeté par le président, Sexton a qualifié l’ancien directeur adjoint du FBI Andrew McCabe – que Trump a licencié juste avant sa retraite – « d’ordure partisane déshonorante qui a fait un tort incalculable à la réputation du FBI et qui devrait être en cellule pour avoir menti sous serment ».

En février, le ministère américain de la justice a déclaré qu’il n’inculperait pas McCabe pour avoir menti aux enquêteurs au sujet d’une fuite dans les médias.

Tout comme Comey, McCabe a publié un livre dans lequel il se montre très critique envers Trump, qui, selon lui, a agi comme un chef de la mafia. McCabe a également écrit que Trump avait déclenché une « souche de folie » dans la vie publique américaine.

Dans ses propres tweets, Trump n’a pas abordé directement les commentaires d’Obama lui-même qui ont été rapportés par Yahoo News. L’ancien président a déclaré à ses associés que la décision Flynn était « le genre de chose qui fait que l’on commence à s’inquiéter que des normes fondamentales – pas seulement institutionnelles – mais notre compréhension fondamentale de l’État de droit soient en danger ».

Mais la colère de Trump était évidente.

« Quand les faux journalistes », a-t-il écrit dimanche, « qui ont reçu des prix Pulitzer injustifiés pour la Russie, la Russie, la Russie et l’arnaque à la mise en accusation, vont-ils rendre leurs prix ternis pour qu’ils puissent être remis aux vrais journalistes qui ont bien fait les choses. Je vais vous donner les noms, ils sont nombreux ! »

Le président n’a pas immédiatement nommé qui que ce soit.

Mais en 2018, le comité Pulitzer l’a fait, en décernant son prix du reportage national conjointement au Washington Post et au New York Times pour « des reportages d’intérêt public de grande qualité, réalisés sans relâche, qui ont permis à la nation de mieux comprendre l’ingérence russe dans l’élection présidentielle de 2016 et ses liens avec la campagne Trump, l’équipe de transition du président élu et son administration éventuelle ».

(…) The Guardian

Nanterre (92). Le contrôle du confinement dégénère : un supermarché incendié, la mairie demande des comptes à une brigade de police
L’ombre de la mafia géorgienne Vory v Zakone derrière des vols du quotidien

Commentaires

Accueil
Menu