Plein ecran

Méditerranée : l’Italie et Malte n’autorisent aucun débarquement de migrants, le ministère de l’Intérieur allemand demande aux ONG de rappeler tout navire déjà déployé

07/04

[…]Par une note verbale, les ministères italien et maltais ont clairement fait savoir au ministère allemand des Affaires étrangères qu’ils ne consentiraient pas à un débarquement, même si la répartition des personnes secourues était organisée. À titre de justification, les deux États ont cité les urgences de santé publique dans leur propre pays. Au cours des deuxièmes opérations de sauvetage, le ministère fédéral allemand de l’Intérieur a contacté Sea-Eye et d’autres organisations de sauvetage avec la demande suivante:

«Compte tenu de la situation difficile actuelle, nous vous demandons de ne pas entreprendre de voyages pour le moment et de rappeler tout navire déjà déployé».

À ce stade, l’ALAN KURDI était déjà en route depuis sept jours et évacuait le deuxième bateau en bois surpeuplé.

« Chaque vie humaine est précieuse. Nous sommes convaincus que le ministre fédéral allemand des Affaires étrangères réussira à prendre en charge 150 personnes supplémentaires. Après tout, l’Allemagne est notre État du pavillon. Au cours des derniers jours, le gouvernement fédéral a réussi à rapatrier 200 000 de ses propres citoyens de l’étranger dans un immense effort. Il doit être imaginable et humainement possible d’envoyer un avion pour 150 personnes en quête de sécurité en Europe du Sud afin d’évacuer immédiatement ces personnes. En Allemagne, la Coalition des ports sûrs compte environ 150 villes qui se sont déclarées prêtes à accueillir des personnes en déplacement » , déclare Gorden Isler, président de Sea-Eye e. V.

sea-eye.org

Méditerranée : l’Alan Kurdi récupère 68 migrants dont une partie s’était jetée à la mer pour échapper aux gardes-côtes libyens (MàJ : 150 migrants)

Des clandestins hébergés par l'Armée du Salut mis à contribution pour fabriquer des masques pour les bénévoles de l'association
Appels à la prière : Castaner dénonce les propos "polémiques" de Marine Le Pen mais demande aux imams de trouver "d'autres formes d'expression de leur solidarité"

Commentaires

Accueil
Menu