Plein ecran

Confinement dans les « quartiers » : aucun laxisme selon Le Point

02/04

La police serait moins regardante quant au respect des règles du confinement dans les « quartiers » ? Chiffres à l’appui, il n’en est rien selon Aziz Zemouri du Point. Des chiffres qui « battent en brèche le fantasme de la fachosphère ».

Avec 5,8 millions de contrôles depuis le 17 mars et 359 000 procès-verbaux dressés pour non-respect des règles du confinement, ainsi que l’a annoncé Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, les forces de l’ordre ne chôment pas. Sur tout le territoire, cités difficiles comprises, la police intervient non seulement pour bien vérifier que les gens n’abusent pas des autorisations de sortie, mais aussi pour faire face à la délinquance ordinaire.

Près de 10 000 interventions quotidiennes sont comptabilisées par les services de la préfecture de police (PP) compétente sur Paris, la Seine-Saint-Denis, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne. Après une période de tolérance relative entre le 16 et 18 mars, entre le moment de l’annonce présidentielle du confinement et son application sur le terrain, le nombre d’interventions est allé crescendo. Pour le seul 93, les services de police sont intervenus à 81 158 reprises au 31 mars 2020. Pour le 92, 86 000 interventions ont été recensées dans le même laps de temps.

« Une réunion s’est tenue dès le 18 mars avec les préfets, témoigne Laurent Nuñez, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur. Cette première phase du confinement nécessitait que les forces de l’ordre concentrent leur action dans les grandes villes et dans les axes prioritaires dans lesquels on pouvait observer des rassemblements et des regroupements de personnes. Dès le 18 mars, la consigne était très claire : si des rassemblements et des nuisances étaient signalés dans les banlieues, les forces de l’ordre devaient intervenir et contrôler. La première phase d’action a permis de stabiliser la situation dès le 20 mars. Nos interventions ne se font d’ailleurs pas sans heurts pour les policiers. À Beauvais, une adjointe de sécurité a été grièvement blessée. Preuve qu’on agit ! » […]

Le Point

La France prolonge jusqu'à fin octobre ses contrôles aux frontières
La mairie de Saint-Jean-de-Védas (34) opposée à un centre de confinement pour mineurs isolés : "La préfecture nous a dit que nous n’aurions pas le choix."

Commentaires

Accueil
Menu