Plein ecran

L’épouse de Peter Cherif, figure du djihad et intime des frères Kouachi, remise en liberté pour raisons médicales

02/04

Après six années dans les déserts yéménites, une à la prison des femmes de Fleury-Mérogis (Essonne), Soulef A. recouvre la liberté dans une France sous pandémie de Covid-19. Mise en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » et « financement du terrorisme » depuis le 3 janvier 2019, cette Française de 35 ans est l’épouse religieuse de Peter Cherif, figure du djihad et intime des frères Kouachi, les auteurs de la tuerie de Charlie-Hebdo. A l’issue d’un long exil auprès d’Al-Qaïda au Yémen (AQPA), le couple avait été intercepté avec ses deux enfants à Djibouti à l’hiver 2018, sous de fausses identités, puis expulsés vers la France.

Selon une source judiciaire, la cour d’appel de Paris a ordonné mercredi la remise en liberté de Soulef A. pour raisons médicales, contre l’avis du parquet de Paris. La jeune djihadiste présumée, atteinte d’une maladie grave, a donc été libérée ce jeudi de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis et placée sous contrôle judiciaire dans un endroit tenu confidentiel, avec obligation de pointage hebdomadaire au commissariat. Il s’agit d’une des premières libérations de djihadiste depuis le début de la crise sanitaire, alors que Peter Cherif, lui, reste incarcéré à Bois-d’Arcy.

La cour d’appel avait été saisie par les avocats de Soulef A., Mes Rachid Madid et Moad Nefati, lesquels entendaient contester l’ordonnance du juge d’instruction qui avait initialement refusé la libération de leur cliente en février. Contactés, Mes Rachid Madid et Moad Nefati n’ont pas souhaité s’exprimer.

Coronavirus : un député de Lyon demande la régularisation des sans-papiers
« Ma fille, mon enfant », une BD sur "l'histoire de Chloé, amoureuse d'Abdelaziz, au grand désespoir de sa mère, Catherine"

Commentaires

Accueil
Menu