Plein ecran

Coronavirus : les musulmans plus vulnérables ?

21/03

The Independent – 20 mars 2020.

Pour de nombreux musulmans, l’intimité sociale comme les poignées de main et les étreintes sont tellement ancrées dans leur comportement que l’invention de la « distanciation sociale », vieille d’une semaine, leur est à la fois étrangère et absurde.

 

Shadim Hussain est membre du groupe gouvernemental sur l’adoption.

Les responsables du NHS (Système de Santé britannique) m’ont dit que les ménages musulmans sont particulièrement vulnérables au coronavirus – il est important de comprendre pourquoi.

Au fur et à mesure que la crise se développe, il est probable que le traumatisme se répandra dans les communautés dont la culture commune s’articule précisément autour des éléments que le gouvernement a déconseillés.

Les musulmans britanniques sont parmi les plus touchés par la pandémie de Covid-19 – les hauts responsables du NHS ont déclaré que les musulmans étaient particulièrement vulnérables au coronavirus.

Pour ceux qui, comme moi, font partie des communautés musulmanes, c’est choquant mais pas surprenant. Il faut que cela soit reconnu plus largement avant qu’il ne soit trop tard. Si les musulmans se sentent déçus, exclus ou oubliés par la réponse du gouvernement, les répercussions dureront plus longtemps que l’épidémie.

De nombreux musulmans vivent dans des familles élargies, souvent, comme ma famille, avec trois générations sous un même toit. Cela signifie qu’il y a un nombre plus élevé de porteurs qui peuvent (et souvent vont) infecter un parent âgé. Une personne âgée ne peut pas s’isoler efficacement lorsqu’elle vit dans un environnement proche avec ses enfants, ses petits-enfants et peut-être même sa famille élargie.

Nous sommes tous des créatures sociales, mais les musulmans sont peut-être plus sociaux que la plupart des gens. Nous mangeons ensemble, souvent dans une même assiette, en partageant les ustensiles et les plats d’accompagnement. Pour de nombreux musulmans, l’intimité sociale comme les poignées de main et les étreintes sont tellement ancrées dans leur comportement que l’invention de la « distanciation sociale », vieille d’une semaine, leur est à la fois étrangère et absurde.

C’est notamment le cas des 1600 mosquées de Grande-Bretagne (il y en a 130 rien que dans ma ville natale de Bradford). L’islam est une religion collective, et bien que d’importantes organisations musulmanes britanniques comme le Conseil musulman de Grande-Bretagne aient – à l’instar de pays à majorité musulmane comme l’Arabie saoudite, la Turquie et l’Égypte – donné pour instruction aux musulmans de prier chez eux, de nombreuses mosquées du Royaume-Uni resteront probablement ouvertes. Heureusement, la plupart des mosquées ont tenu compte de ces conseils, mais les espaces de prière qui sont encore ouverts peuvent accueillir encore plus de monde que d’habitude, ce qui augmente le risque.

Pendant les prières du vendredi (auxquelles la plupart des musulmans sont normalement tenus d’assister), la proximité des fidèles rend la propagation du coronavirus presque certaine.
Nous le savons grâce aux événements survenus dans le monde musulman : La propagation du Covid-19 en Malaisie a été attribuée à un seul rassemblement religieux dans une mosquée, ce qui a permis au virus de se propager non seulement dans ce pays, mais aussi dans six autres.

Tout cela rend le coronavirus particulièrement inquiétant dans les communautés musulmanes, dont certaines se trouvent, comme Bradford, dans les zones les plus défavorisées du pays, avec des résultats sanitaires médiocres à la clé.

Les supermarchés ethniques de niche et les bouchers halal dont dépendent de nombreux musulmans pour leurs produits de première nécessité ont des chaînes d’approvisionnement moins fiables que les grands supermarchés, ce qui oblige de nombreux épiciers musulmans locaux à augmenter considérablement leurs prix. Et ce, malgré le fait que leurs clients comptent parmi les plus pauvres de Grande-Bretagne.

Et dans certaines poches des communautés musulmanes, il y a une méfiance – ou simplement une ignorance – à l’égard des conseils du gouvernement. Le site web officiel du NHS sur le coronavirus, qui a été mis en évidence lors des conférences de presse quotidiennes du Premier ministre, n’est disponible qu’en anglais.

De nombreuses minorités dont l’anglais n’est pas suffisamment maîtrisé pour comprendre pleinement des termes médicaux comme « quarantaine » et « pandémie » doivent donc s’en remettre à des sources d’information étrangères ou aux médias sociaux.

Les blogs, TikTok et YouTubers en Asie ne devraient pas être une ressource primaire pour les Britanniques en période de crise nationale – leur propre gouvernement devrait l’être.

C’est particulièrement le cas pour les réfugiés, les demandeurs d’asile et les nouveaux arrivants, y compris les enfants de demandeurs d’asile pris en charge, qui sont susceptibles d’avoir un niveau de maîtrise de l’anglais inférieur à la moyenne. Il est également plus probable qu’ils souffrent déjà de traumatismes ou de problèmes de santé mentale, qu’un enfermement quasi total ou total peut faire passer de mauvais à pire.

Ce traumatisme va se propager dans les communautés musulmanes au fur et à mesure que la crise se développe. L’interdiction de rassemblement de plus de 100 personnes est essentiellement une interdiction des funérailles musulmanes – je n’ai jamais assisté à des funérailles de moins de 300 personnes.

De nombreux musulmans craignent que, sans une action rapide, leurs parents et grands-parents ne meurent en nombre de plus en plus important et qu’ils ne puissent même pas les enterrer correctement. Et ce, à un moment où les rassemblements religieux qui les aideraient à faire leur deuil et à le gérer seront interrompus.

Les conseils du gouvernement dans ces circonstances sans précédent ont été clairs et cohérents. Il doit maintenant devenir multilingue et multiculturel. […]

The Independent via Yabiladi

« Priorité de soins aux Blancs ! » : la vidéo venant d'Italie qui fait le buzz date de 2019 et n'a aucun rapport avec le Coronavirus
Thise (25). 11 morts dans un Ehpad non officiellement comptabilisés (MàJ : Un douzième décès)

Commentaires

Accueil
Menu