Plein ecran

Tommy Robinson a reçu le prix Free Press Society 2019 au parlement danois, Facebook aurait censuré les annonces officielles

19/01

[…]
Tommy Robinson, 37 ans, a reçu hier le prix de la liberté d’expression de la Société pour la liberté de la presse, le prix Sappho.

– Nous le donnons pour son formidable travail sur la liberté d’expression, dont il a lui-même beaucoup souffert. On essaye continuellement de taire sa voix, et pourtant il reste debout, explique Aia Fog, présidente de la Press Freedom Society.

Il a reçu le prix à Christiansborg, où une foule de manifestants en colère s’est présentée avec des banderoles «contre le racisme».
[…]

DR (radio-télévision publique du Danemark)

[…]
Tommy s’est battu pour la liberté d’expression plus que quiconque dans le monde occidental. Comme vous le savez, il a été condamné à 66 jours d’isolement, dans la prison de Belmarsh, pour « contempt of court », juste pour avoir normalement fait un reportage sur un procès. Cela s’ajoutait aux dix semaines qu’il avait passées l’année précédente pour le même « contempt of court ». Tommy a été le premier journaliste britannique condamné à la prison pour « contempt of court » depuis les années 1940.

Amnesty International s’en fichait, Pen International s’en fichait. Reporters sans frontières s’en fichait. J’ai même demandé au Comité britannique pour la protection des journalistes pourquoi ils ne se battaient pas pour Tommy – et ils s’en fichaient.
[…]

Rebel Media

[…]
Tania Groth, porte-parole et membre du conseil d’administration de la Danish Free Press Society, a confié au blog Vlad Tepes que toutes les tentatives de promotion ou d’explication de l’événement sont censurées par Facebook avec le message :

« Votre message est contraire aux règles de la communauté concernant les personnes ou organisations dangereuses »

Vlad Tepes

Sur la censure de Tommy Robinson sur Facebook (notamment) :

Les deux principales vidéos sous-titrées en français sur Tommy Robinson :

Manchester : 57 filles exploitées sexuellement par un réseau ethnique de 100 pédophiles (MàJ : la police a ignoré l'affaire par peur d'être taxée de racisme)
"C’est parce que cette image de croche-patte est l’une des plus « acceptable » que le sommet de l’état a décidé de s’en emparer."

Commentaires

Accueil
Menu