Plein ecran

Sanctionné par la FFF pour apologie de la haine suite à un tifo appelant à « rôtir les poulets », le club antifa du Ménilmontant FC se défend d’un « trait d’humour bon enfant »

07/01

Le Ménilmontant FC, club de foot amateur se revendiquant Antifa, écope d’une lourde sanction de la FFF pour « apologie de la haine ». En cause: ce tifo déployé le 24 novembre. Le club indique également qu’une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris.

Dans le détail, la sanction est une amende de 800 euros et surtout une suspension de terrain d’un an ferme. Le club va donc devoir se trouver un nouveau terrain à au moins 20 km de la ville de Bobigny.
Le MFC 1871 annonce faire appel contre cette sanction qui « l’exclu ».

Le club publie également un communiqué assurant que le tifo incriminé était un « trait d’humour, une satire, une caricature ». Il assure que c’était un « clin d’œil imagé » à la chanson du rappeur Hugo TSR « Point de départ ».

Le MFC dénonce aussi une sanction « éminemment politique », rappelant qu’il est connu pour son engagement à (l’extrême) gauche et que ce sont des sites et activistes de la fachosphère qui ont médiatisé « une histoire qui aurait dû s’arrêter au match et à son contexte bon enfant ».

Les antifas sont surveillés par les autorités pour leur activisme, s’il le faut violent. Un des leaders de la mouvance, Antonin Bernanos, a été incarcéré plusieurs fois. Récemment après une bagarre avec les fafs parisiens (zvp, zids etc) car une victime coté natio a porté plainte (Il reste dans l’attente de son procès dans cette affaire, pour laquelle il a purgé 6 mois de préventive sous un régime très stricte).

Avant, Antonin Bernanos était sorti de prison en 2018 pour avoir participé à l’attaque d’une voiture de police, qui a été incendiée pendant une manifestation contre la Loi Travail en mai 2016 quai de Valmy à Paris. Il avait écopé de 5 ans de prison (dont 3 ferme) pour ces faits.

Compte twitter de Pierre Plottu

Migration : environ 350 migrants sont arrivés sur les côtes espagnoles en trois jours
Le Havre (76) : un mineur syrien poignarde le client d’une supérette parce que celui-ci l'a empêché de voler de l’alcool

Commentaires

Accueil
Menu