Plein ecran

Saint-Germain-en-Laye (78) : le parquet de Versailles ouvre une enquête au sujet des dérapages islamophobes d’Agnès Cerighelli (Màj)

16/12

16/12/2019

[…]«Les propos tenus par Mme A. Cerighelli sur son compte Twitter le 13 décembre dernier mettent en cause les valeurs républicaines, notamment l’idée de fraternité», a réagi lundi, sur le même réseau social, le préfet Jean-Jacques Brot, rappelant que ces propos «tombent aussi sous le coup de la loi».[…]

Le préfet a indiqué les avoir signalés au procureur de la République de Versailles, au titre de l’article 40 du Code de procédure pénale, qui oblige toute autorité constituée à aviser celui-ci de tout crime ou délit dont il aurait connaissance. Le préfet a emboîté le pas au maire DVD de Saint-Germain-en-Laye, Arnaud Péricard, qui avait lui aussi signalé vendredi les messages. Il s’est dit «très choqué» et a fait part de sa «honte de voir (sa) ville salie» par les prises de positions d’une élue qu’il qualifie d’«incontrôlable». […]

CNews


14/12/2019

[…] La municipalité de Saint-Germain s’est exprimée vendredi soir par la voix du maire Arnaud Péricard (DVD), disant condamner « fermement les propos honteux tenus aujourd’hui par Agnès Cerighelli, élue d’opposition […]. Il n’est plus acceptable qu’elle soit associée à notre ville connue pour son ouverture et sa bienveillance. Elle est à l’opposé des valeurs auxquelles nous croyons et pour lesquelles nous sommes engagés chaque jour ». L’élu qui évoque « une attaque est intolérable et outrancière », dit également avoir « décidé de saisir le procureur de la République de Versailles ».

Interpellées sur le réseau, les instances du parti En Marche dans les Yvelines, auquel Agnès Cerighelli revendique son appartenance, ont immédiatement apporté la précision : « Cette personne a été exclue il y a plus d’un an. Nous l’avons signalé à de très nombreuses reprises ». En juin 2018, Agnès Cerighelli avait été convoquée au commissariat de Saint-Germain suite à des plaintes déposées par des associations anti-homophobie. À la sortie de son audition, elle avait dit avoir vécu « une expérience traumatisante », ce qui lui avait valu un clash sur Twitter avec la police nationale. […]

Le Parisien


Il y a quelques semaines, Agnès Cerighelli a déjà lourdement dérapé, commentant sur Twitter un baiser entre deux chroniqueuses de l’émission TPMP sur C8 : « En raison du délit de diffamation publique à raison de l’orientation sexuelle, rien désormais n’est critiquable. Tout acte homosexuel peut être montré à la TV devant les enfants. La propagande LGBT se poursuit en toute licité sur toutes les chaînes françaises. Honteux ! #TPMP » . Voilà que ce vendredi, elle s’en prend cette fois-ci à l’une de ses cibles favorites : les musulmans.

En effet, à l’occasion de la grève interprofessionnelle contre la réforme des retraites proposée par le gouvernement, l’ancienne élue de la majorité s’est à nouveau fait remarquer sur Twitter en réagissant aux perturbations du trafic des métros et RER parisiens, à la suite de la mobilisation de la RATP et de la SNCF.

« Le DRH de la #RATP a une immense responsabilité dans la grève qui paralyse métro et RER depuis le 5 décembre., écrit-elle. Il a recruté des milliers d’agents arabo-musulmans qui méprisent #Noël et considèrent les usagers comme du bétail. En décembre, ils sont tj en grève. #grevedu13decembre » .

Un tweet ouvertement islamophobe, donc, qui a fait réagir de nombreux internautes. Ils l’accusent notamment de faire des amalgames et des raccourcis, ou encore de stigmatiser une frange de la population sur des supputations infondées. Mais il en faut bien plus pour arrêter Agnès Cerighelli qui s’est empressée d’en rajouter une couche : « La #RATP a supprimé en 2007 la clause de nationalité française pour tous ses agents. Responsables de la sécurité de millions d’usagers, les agents RATP sont en majorité arabo-musulmans. Le prosélytisme islamique s’est aggravé. A l’approche de #Noël, la grève est systématique. »

Gentside

Russie : l'Élysée demande le rapatriement du corps du général napoléonien Gudin
Vienne (Autriche) : 3 Tchétchènes projetaient des tueries au marché de Noël

Commentaires

X
Accueil
Menu