Plein ecran

Jean-Marie Le Pen relaxé après avoir dit que « 90% des faits divers ont à leur origine un immigré ou une personne d’origine immigrée »

Déc
2019

Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé vendredi l’ancien président du Front national Jean-Marie Le Pen, poursuivi pour avoir dit en 2009 que «90% des faits divers ont à leur origine soit un immigré soit une personne d’origine immigrée».

(…) L’ancien tribun de l’extrême droite, coutumier des déclarations polémiques et des poursuites, était accusé de diffamation par l’association SOS Racisme pour ces propos tenus le 20 août 2009 sur RTL.

«Les personnes immigrées ou d’origine immigrée» visées par Jean-Marie Le Pen, «en l’absence d’aucun autre élément permettant de caractériser une communauté déterminée, ne constituent pas un groupe (…), ces personnes pouvant être françaises et n’ayant donc pas pour point commun leur non-appartenance à la nation française», a-t-il jugé. Lors de l’audience, l’avocate de SOS Racisme avait dénoncé un «amalgame» entre immigration et délinquance, en rappelant que le chiffre de 90% ne pouvait pas exister, les statistiques ethniques étant interdites en France.

(…) Paris Match

(…) « La proportion est peut-être un peu excessive mais c’est ce qui me saute aux yeux quand je regarde les pages Faits divers », avait commenté de son côté l’ancien président du Front national, âgé de 91 ans. (…) La décision du tribunal «est une victoire du bon sens et une victoire du droit», s’est félicité vendredi l’avocat de M. Le Pen, Me Frédéric Joachim.

Ouest-France


En lien :

Pour la justice, le concept de « Français de souche » n’existe pas

Paris : un étudiant israélien se fait casser le nez dans le métro par un migrant africain de 17 ans (MàJ : la justice ne retient pas le caractère antisémite de la rixe)
Les futurs Jeux de Paris n'enchantent pas tout le "9-3"

Commentaires

Accueil
Menu