Plein ecran

Etats-Unis : un New-Yorkais qui était poursuivi pour avoir offert 500$ à quiconque tuerait un agent aux frontières a été acquitté par un jury fédéral

Déc
2019

[…]
Derege Demissie, l’avocat de Ziobrowski, a affirmé que l’affaire n’aurait jamais dû aller aussi loin.

Il a déclaré : « Le gouvernement a transformé un tweet qui a été fait en plaisantant – une déclaration politique hyperbolique – en une affaire fédérale ».

L’an dernier, Ziobrowski avait utilisé Twitter pour faire part de ses frustrations à l’agence américaine de l’immigration et des douanes et à d’autres organismes d’application de la loi en ciblant verbalement des agents pour son compte.

« Je suis fauché, mais je vais emprunter et donnerai 500 $ à quiconque tue un agent de la police aux frontières. @Moi sérieusement qui d’autre peut s’engager à faire en sorte que ça marche », Ziobrowski avait tweeté à environ 400 followers Twitter en juillet 2018.

Demissie a soutenu que les commentaires de Ziobrowski étaient des propos politiques protégés par la Constitution et que la poursuite de son client a été « exagérée « .

C’est un gars qui twitte sur toutes sortes de choses et qui dit des choses scandaleuses », a déclaré Demissie.

L’assistante du procureur Stephanie Siegmann a écarté la défense de Ziobrowski, affirmant que le tweet constituait une « vraie menace » non protégée par le Premier Amendement.

Elle a déclaré : « Les paroles des défendeurs étaient claires et sans ambiguïté. Il met en danger la vie des forces de l’ordre. Ce n’est pas un discours protégé. C’est une incitation à commettre un meurtre. »

Siegmann a également affirmé que les tweets de Ziobrowski n’étaient en aucune façon sarcastiques ou plaisants, comme Demissie l’a affirmé aux jurés.

Siegmann a rappelé aux jurés que lorsque Ziobrowski avait partagé son tweet désobligeant l’année dernière, les noms des agents de l’ICE avaient été rendus publics et que les responsables de la Sécurité intérieure considéraient les déclarations de l’homme comme une menace crédible.
[…]

En plus du tweet controversé qui a donné lieu à une enquête, Ziobrowksi avait répondu à un tweet sur les agents de la police aux frontières qui risquaient leur vie pour arrêter des étrangers criminels.

Il avait tweeté : « Merci à la police aux frontières de risquer vos vies, et espérons-le de mourir pour qu’il y ait moins de gens comme vous ? »

Le Ministère de la Justice rappelle que Ziobrowski avait partagé plusieurs tweets exprimant son désir de « trancher » la gorge du regretté sénateur John McCain et avait fulminé contre les forces de l’ordre, affirmant que « les armes à feu ne devraient être légales que pour tirer sur la police comme le voulait le deuxième amendement ».

Twitter avait suspendu son compte à la demande des autorités en 2018.
[…]

DailyMail

Tours : les pompiers quittent la cérémonie célébrant la Sainte-Barbe au moment du discours des élus
Nantes : 4 mois de prison pour avoir menacé le personnel du CHU de revenir faire "mieux que Merah et le Bataclan" et de "couper la tête" d'un vigile "pour jouer au ballon"

Commentaires

Accueil
Menu