Plein ecran

Le scandale d’État des déracinés Réunionnais de la Creuse

07/12

De 1963 à 1982, 2.150 enfants de la Réunion sont transférés en métropole. On promet aux parents que leurs enfants connaîtront un bien meilleur avenir en métropole qu’en restant sur l’île. Un exil forcé sans retour. Aujourd’hui, certains demandent réparation.

Ces déplacements ont été décidés au sommet de l’Etat. Michel Debré, élu député de La Réunion en 1963 et plusieurs fois ministre sous de Gaulle, veut développer l’économie de l’île et créer des emplois, tout en freinant la forte natalité. Dans son livre Une politique pour La Réunion, il écrit : « L’avenir des Réunionnais dépend de trois actions qui déterminent l’économique, le social et la politique. Il faut éviter le surpeuplement, rompre l’isolement, éduquer filles et garçons. » Parallèlement à ces transferts de mineurs, le Bumidom (Bureau pour le développement des migrations dans les départements d’Outre-Mer), créé en 1963, facilite l’installation en métropole de dizaines de milliers de Réunionnais, Martiniquais et Guadeloupéens. […]

Ca M’intéresse

Paris : les Algériens manifestent à l'occasion des élections dans leur pays
Cinéma : Disney annonce une série centrée sur un personnage blanc d'Aladdin, les fans s’insurgent

Commentaires

X
Accueil
Menu