Plein ecran

Éric Zemmour prend la défense d’Erik Tegnér : Les chiraquiens ont retourné l’antique principe «pas d’ennemi à droite» en «pas d’ennemi à gauche».

06/12

Il fut un temps pas si lointain où les partis politiques se refusaient, par principe, à exclure quiconque.Le souvenir des purges staliniennes au sein du Parti communiste était trop frais ; les communicants craignaient «l’effet d’image» auprès de médias qui dénonçaient le moindre acte de sectarisme partisan ; les chefs des mouvements politiques ne voulaient pas donner une auréole de «victime» à un rival ou même à un second couteau. Il semble que ce temps soit révolu.Chez LR en tout cas, on n’a plus peur de rien. La procédure d’exclusion engagée contre Erik Tegnér le prouve. Ce jeune militant a commis un seul crime, celui de faire activement campagne pour l’«union des droites». Il faut noter qu’il est en cela d’accord, selon tous les sondages, avec au moins 30 % des sympathisants LR. Faut-il eux aussi les exclure? Ce parti ressemblait déjà de plus en plus à un club de retraités de la Côte d’Azur ; il se dirigerait alors vers la cabine téléphonique.

Anniversaire : 5.000 bougies allumées pour célébrer les 800 ans de la Cathédrale d'Amiens
Vosges : le nombre de mineurs étrangers non accompagnés en hausse de 2675% par rapport à 2013

Commentaires

X
Accueil
Menu