Plein ecran

« Les musées sont pris en hold-up par un complexe postcolonial » : le coup de gueule d’un professeur du Muséum national d’histoire naturelle

04/12


Par Guillaume Lecointre professeur du Muséum national d’histoire naturelle

Ouvrez les musées à tous les vents ! Venez faire vos courses dans le grand bazar des représentations du monde ! Vous pensez que la platitude de l’horizon prouve que la Terre est plate ? Constituez-vous en groupe de pression et venez promouvoir votre vitrine ! Vous êtes créationnistes ? Vous pensez que les espèces sont immuables et sont le fruit d’une conception intelligente ? Non, vous n’êtes pas une minorité opprimée par le pouvoir scientiste, la preuve : vous avez votre vitrine dans le nouveau musée que vous prépare l’International Council Of Museums (ICOM). Vous êtes d’origine extra-européenne ? Vos ancêtres ont été spoliés par le colonialisme ? Allez, vous avez gagné un lot de consolation : venez mettre votre religion dans la vitrine du nouveau musée ! Y’en aura pour tout le monde !

Car en décembre 2018, le conseil international des musées (ICOM) a publié des recommandations préparatoires pour une nouvelle définition du musée. On peut y lire :

« Les musées sont des lieux de démocratisation inclusifs et polyphoniques, dédiés au dialogue critique sur les passés et les futurs. Reconnaissant et abordant les conflits et les défis du présent, ils sont les dépositaires d’artéfacts et de spécimens pour la société. Ils sauvegardent des mémoires diverses pour les générations futures et garantissent l’égalité des droits et l’égalité d’accès au patrimoine pour tous les peuples. Les musées n’ont pas de but lucratif. Ils sont participatifs et transparents, et travaillent en collaboration active avec et pour diverses communautés afin de collecter, préserver, étudier, interpréter, exposer, et améliorer les compréhensions du monde, dans le but de contribuer à la dignité humaine et à la justice sociale, à l’égalité mondiale et au bien-être planétaire. »

(Merci à Vertumne)

Nice : Mohammed A. condamné pour viol aggravé
Suède : un homme, condamné en 2017 à 4 mois de prison pour avoir diffusé un viol collectif sur Facebook, arrêté pour meurtre

Commentaires

X
Accueil
Menu