Plein ecran

Belgique : des camionneurs attaqués par des migrants avec des lances et des machettes

02/12

Mercredi soir, un autre chauffeur de camion a été attaqué par un groupe de migrants agressifs. Les demandeurs d’asile ont d’abord essayé de monter dans le camion, mais lorsque le conducteur a refusé, ils l’ont attaqué à l’aide de lances et de machettes.

« En raison de la pénurie de personnel, la police pouvait à peine envoyer une patrouille sur place, » rapporte Het Nieuwsblad.

Le problème des immigrants clandestins qui veulent atteindre la Grande-Bretagne par nos autoroutes traîne en longueur depuis des années. La violence et les agressions envers les chauffeurs routiers est récurrente et la police de ces soi-disant « migrants de transit » enquête sur des dizaines de parkings autoroutiers entre Bruxelles et la côte. Les chauffeurs routiers et les entreprises de transport ont déjà sonné l’alarme à plusieurs reprises, sans résultat.

Il y a quelques jours, un chauffeur de camion belge avait déjà dénoncé qu’il se faisait menacer par des migrants en transit. Mercredi soir, le problème a presque coûté la vie à un camionneur. Le conducteur dormait dans un parking situé le long de la route E40 quand il a soudainement entendu un bruit sur un coté de son camion. Lorsqu’il est allé voir ce qu’il se passait, il s’est heurté à un groupe de demandeurs d’asile africains.

Ces migrants se sont alors retournés contre le chauffeur: « Ils l’ont attaqué avec des lances, des cannes et des machettes” , ont déclaré des sources policières à Het Nieuwsblad. Le chauffeur s’est alors réfugié dans sa cabine, mais les demandeurs d’asile très agressifs ne se sont pas arrêtés là. Ils ont frappé le pare-brise du camion avec des tiges de métal et ont essayé de blesser le conducteur.

Comme la situation était très critique, la police s’est rendue sur place:

« Il n’y avait qu’une seule patrouille disponible, par manque de moyens », a déclaré la source policière. «Selon le rapport, nos collègues ont dû attendre des renforts venant d’Anderlecht, à environ 65 kilomètres de là. »

Sur place, la police n’a trouvé ni le chauffeur du camion, ni le groupe de migrants. Le camionneur avait réussi à s’enfuir avec son camion et s’était garé un peu plus loin sur le bord de la route.

« L’homme était complètement sous le choc. Le gang qui avait attaqué l’homme était déjà parti », semble-t- il. Au syndicat de la police VSOA, les gens ont réagi avec mécontentement:

« La pénurie de personnel à la police atteint 50%. Nous craignons vraiment qu’il y ait plus de morts avant que les agents ne soient suffisamment renforcés pour faire face à ce genre de phénomène dangereux. Le nombre d’incidents ne peut plus être dénombré. Il devient également de plus en plus violent », a déclaré Vincent Houssin de VSOA.

Sceptr

Le happening féministe provoque le malaise (màj : le kérosène c'est pas pour les avions, c'est pour brûler violeurs et assassins)
Libye : la France renonce à la livraison de 6 bateaux destinés aux gardes-côtes, en raison des mauvais traitements réservés aux migrants

Commentaires

X
Accueil
Menu