Plein ecran

Littérature jeunesse : «Le Garçon au fond de la classe», un roman touchant et drolatique sur les migrants

Déc
2019

À travers le regard naïf, bien intentionné et rempli d’empathie du personnage principal, Onjali Q. Raúf aborde par la bande l’intimidation, le racisme systémique, l’injustice sociale, le laxisme politique et le pouvoir des médias

Bouleversée par les images du petit Alan Kurdi, réfugié s’étant noyé dans la mer Égée, l’autrice anglaise d’origine bangladaise Onjali Q. Raúf se rend peu après dans un camp de réfugiés à Calais. C’est là qu’elle puise l’inspiration de son premier roman, Le garçon au fond de la classe, où l’on suit les péripéties de quatre enfants de neuf ans souhaitant aider leur nouvel ami, Ahmet, courageux réfugié syrien s’exprimant en kurde, à retrouver ses parents…

Le Devoir

Elie Semoun sur Eric Zemmour : "raciste", "xénophobe", "à quoi ça sert à part polluer et pourrir la société"
Tunisie : sauvetage de 16 migrants par la Marine nationale au large des côtes tunisiennes

Commentaires

Accueil
Menu