Plein ecran

Comprendre la stigmatisation dont sont victimes les personnes originaires des Départements d’Outre-Mer et vivant en France métropolitaine

23/10
[…] Le recrutement des migrants des DOM dans la fonction publique, en particulier dans les services hospitaliers, en est un exemple marquant : on connaît les congés bonifiés, facilitant le retour dans les DOM des fonctionnaires pendant leurs congés ; on associe aux femmes antillaises l’image de superwomen chaleureuses dans des rôles d’aides-soignantes ; à côté de cette image à première vue positive – même si d’emblée essentialisante – se trouvent aussi des clichés dévalorisants, mêlant paresse des fonctionnaires et langueur des îles.

En 1992, dans un sketch des Inconnus, Pascal Legitimus rencontre ainsi un grand succès en interprétant le personnage de Joséphine, une aide-soignante antillaise qui passe plus de temps à discuter avec ses collègues qu’auprès des patient·e·s de l’hôpital. L’essentialisation est ce processus par lequel on attribue des traits de caractère ou des dispositions dites innées à certaines personnes, sur la base de caractéristiques telles que le sexe, l’origine géographique ou la couleur de peau, les traitant comme un groupe homogène.

Dans le sketch des Inconnus, même si le public reconnaît le caractère caricatural du personnage, le rire naît aussi d’un effet de familiarité. En revanche, cette familiarité est au moins autant alimentée par les discours et images diffusés dans la sphère publique que par des rencontres effectives avec des aides-soignantes originaires de Martinique ou de Guadeloupe. Si les femmes nées dans les DOM sont effectivement surreprésentées dans les métiers d’aides-soignantes, leurs parcours n’étaient pas biologiquement inscrits par avance au moment de leur naissance, pas plus qu’ils ne résultent d’une prédisposition culturelle. […]

La Vie des Idées – Collège de France

Saint-Fargeau-Ponthierry (77): Hamid condamné à 20 ans de prison pour avoir lardé de coups de couteau et mutilé Aurélia (MàJ)
Nacira Guénif sur l’islamophobie : “Il n’est plus seulement question de résistance, il est question d’offensive !”

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu