Plein ecran

Nîmes (30) – Viols et violences sur son épouse : pour le mari « la religion prime sur la loi française »

17/10

Un père de famille est mis en examen pour « viols et violences habituelles » sur son épouse avec qui il est en instance de séparation. Madame a demandé le divorce récemment. Lui est incarcéré.

Le mis en cause, 46 ans, est détenu depuis le 2 octobre dernier. Sa garde à vue a été décidée suite à plusieurs mains courantes et plaintes de la part de son épouse. « C’est du mensonge, c’est elle qui frappait les enfants », estime le mis en examen qui raconte qu’il s’agit « d’une machination de son épouse qui lui doit de l’argent « , résume le magistrat de la cour d’appel de Nîmes.

La chambre de l’instruction est saisie d’une demande de mise en liberté de la part de ce père de cinq enfants. Durant la garde à vue, il a déclaré devant les enquêteurs qu’il n’y avait pas viols car « la religion prime sur la loi française », poursuit le juge de la cour d’appel en reprenant les propos du mis en cause. Pour lui son épouse doit être soumise, « d’ailleurs elle ne sortait pas de chez elle ».

« Pour cette dame, victime des agissements de son mari, les agressions n’étaient plus tolérables à cause du degré de violence », poursuit le parquet général de Nîmes qui refuse catégoriquement que l’homme puisse être libéré comme il le demande « car le risque de renouvellement de l’infraction est partout dans ce dossier ».

Cet homme est reconnu comme handicapé suite à un accident au travail. Il avait chuté du 4e étage d’un immeuble lors de travaux. La cour d’appel de Nîmes rendra sa décision sur une éventuelle remise en liberté vendredi…

Objectif Gard

Olivier Galzi (LCI) compare le voile islamique à un uniforme SS (MàJ : il justifie ses propos)
Une semaine sur les chaînes d'info : 85 débats sur le voile, 286 invitations et 0 femme voilée

Commentaires

X
Accueil
Menu