Plein ecran

Le tueur de la Préfecture de police, qui avait accès à des informations ultrasensibles, fréquentait des salafistes surveillés par la DGSI

06/10

Loup solitaire ou bras armé d’un groupe aux contours encore flous? Deux jours après la mort de quatre fonctionnaires de la préfecture de police de Paris, égorgé ou poignardés « avec acharnement » par Mickaël Harpon, les enquêteurs s’interrogent sur ce qui a pu entraîner la folie meurtrière de l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP).

(…) Certaines de ses connaissances sont, elles, bien connues de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Les investigations ont ainsi « permis de faire apparaître des contacts entre l’auteur des faits et plusieurs individus, susceptibles d’appartenir à la mouvance islamiste », a expliqué le procureur antiterroriste ce samedi après-midi.

(…) Les enquêteurs cherchent aussi à savoir si les relations de Mickaël Harpon dans la mouvance salafiste ont aussi pu bénéficier des informations ultrasensibles auxquelles l’informaticien de la DRPP, habilité secret-défense, pouvait accéder.

(…) Le Parisien

Paris : À l'extérieur du centre commercial "Italie 2" squatté par l'extrême-gauche a été écrit un tag "RIP Mikael Harpon"
Nadine Morano se dit contre l'ouverture de nouvelles mosquées en France "tant qu'on n'a pas réglé la pratique de l'islam"

Commentaires

X
Accueil
Menu