Plein ecran

George Soros : pourquoi le milliardaire est-il un croque-mitaine pour la droite ?

12/09

C’est un philanthrope juif multimilliardaire qui a distribué 32 milliards de dollars. Pourquoi la droite dure, de l’Amérique à l’Australie et de la Hongrie au Honduras, croit-elle que George Soros est au cœur d’une conspiration mondiale, s’interroge Mike Rudin de la BBC.

[…] Comment George Soros en est-il venu à être considéré par tant de gens comme le cerveau maléfique au cœur d’une conspiration mondiale ?

Au Royaume-Uni, Soros est connu comme « l’homme qui a cassé la Banque d’Angleterre » en 1992. Avec d’autres spéculateurs sur les devises, il a emprunté des livres sterling, puis les a vendues, ce qui a contribué à faire baisser le prix de la livre sterling sur les marchés des devises et a finalement forcé le Royaume-Uni à se retirer du mécanisme de taux de change européen. Ce faisant, il a gagné 1 milliard de dollars.

L’émigré hongrois, qui a survécu à l’Holocauste et fui les communistes, aurait gagné au total environ 44 milliards de dollars grâce à la spéculation financière. Et il a utilisé sa fortune pour financer des milliers de projets dans les domaines de l’éducation, de la santé, des droits de l’homme et de la démocratie.

Fondées en 1979, ses Fondations Open Society sont aujourd’hui présentes dans plus de 120 pays à travers le monde. Mais cette audacieuse philanthropie en faveur de causes libérales et démocratiques a fait de lui le croque-mitaine de la droite.

Les premières théories de la conspiration au sujet de George Soros sont apparues au début des années 1990, mais elles ont vraiment gagné du terrain après qu’il eut condamné la guerre en Irak en 2003 et commencé à donner des millions de dollars au Parti démocratique américain. Depuis lors, les commentateurs et les politiciens de droite américains s’en sont pris à lui avec de plus en plus de fureur et de vitriol, et souvent avec peu d’intérêt pour les faits.

Mais c’est la victoire électorale de Donald Trump qui a porté les attaques contre Soros à un niveau nouveau et dangereux. […] Pour sa part, le président Trump a retweeté une vidéo qui prétendait montrer de l’argent liquide distribué à la population du Honduras pour « prendre d’assaut la frontière américaine« , avec la suggestion selon laquelle l’argent pourrait venir de Soros.

Lorsqu’on lui a demandé à l’extérieur de la Maison-Blanche si Soros finançait la caravane des migrants, il a répondu : « Ça ne me surprendrait pas. Beaucoup de gens disent que oui. »

Cindy Jerezano, qui a voyagé avec la caravane de sa maison au Honduras aux États-Unis, m’a dit qu’on ne lui avait pas offert d’argent et qu’elle avait pris la décision de parcourir près de 3 000 milles pour se rendre à San Diego.

Cindy a été soutenue, à son arrivée aux États-Unis, par les Catholic Charities du diocèse de San Diego. Nadine Toppozada, directrice des services aux réfugiés et aux immigrants de l’association, a expliqué que leurs avocats avaient interrogé les demandeurs d’asile de manière très détaillée, mais n’avaient jamais entendu parler de Soros. Ils n’avaient pas non plus vu de preuves de l’implication de Soros.

De plus, la vidéo que le président Trump a retweettée s’est rapidement révélée imparfaite.

En l’espace de quelques heures, les journalistes ont découvert que les images n’avaient pas été filmées au Honduras, comme on le prétendait à l’origine, mais dans le pays voisin, le Guatemala, et qu’en regardant de plus près le clip, ils ont découvert qu’au moins un des travailleurs humanitaires présumés était armé.

La caravane des migrants a été filmée tout au long de son voyage. Les organisations caritatives locales ont été vues en train d’aider les migrants. Mais il n’y a aucune preuve de financement de Soros, à aucun moment.

[…] La diffamation contre George Soros s’est étendue bien au-delà des États-Unis, en Arménie, en Australie, au Honduras, aux Philippines, en Russie et dans de nombreux autres pays.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a accusé Soros d’être au cœur d’une conspiration juive visant à « diviser » et « briser » la Turquie et les autres nations.

En Italie, l’ancien vice-premier ministre Matteo Salvini l’a accusé de vouloir remplir le pays de migrants parce qu' »il aime les esclaves ».

Le chef du parti britannique Brexit, Nigel Farage, a affirmé que Soros  » encourage activement les gens… à inonder l’Europe  » et  » est à bien des égards le plus grand danger pour tout le monde occidental « .

Mais un pays, et un gouvernement, est allé plus loin que tout autre pour attaquer Soros. C’est là qu’il est né, en Hongrie, où il a dépensé des centaines de millions de dollars pour financer des repas scolaires gratuits, des projets relatifs aux droits de l’homme et même une nouvelle université.

Le Premier ministre Viktor Orban et son gouvernement nationaliste populiste prétendent que Soros a un complot secret pour inonder la Hongrie de migrants et détruire leur nation. Leonard Benardo, vice-président de l’Open Society Foundations, proteste qu’il s’agit d’un mensonge éhonté : « L’allégation est fausse. Ni George Soros ni l’Open Society Foundation ne sont partisans de l’ouverture des frontières. »

Cela n’a pas découragé le gouvernement hongrois, qui a dépensé 100 millions d’euros dans une campagne médiatique avertissant les électeurs de ne pas laisser Soros « rire » et a introduit ce qu’il appelle les lois « Stop Soros », criminalisant l’aide aux immigrants illégaux et taxant le soutien aux organisations « favorisant la migration ».

« Il y a beaucoup d’argent qui entre dans l’empire Soros, des milliards de dollars depuis une vingtaine d’années« , m’a dit le porte-parole du gouvernement Zoltan Kovacs. « C’est beaucoup d’argent, et personne ne peut être aussi naïf que de croire que cet argent va sans poids et sans intention. »

Comme le dit Michael Ignatieff, président et recteur de l’Université d’Europe centrale fondée par Soros : « Le gouvernement Orban a décidé de faire de M. Soros l’ennemi public numéro un« .

Alors comment est-ce arrivé ? La réponse se trouve dans le nord de l’État de New York.

En 2013, lorsque le dirigeant hongrois a eu besoin de conseils pour se faire réélire, il s’est adressé à un consultant politique légendaire, Arthur Finkelstein (aucun rapport avec Joel), qui travaillait dans un petit bureau au-dessus d’un salon de coiffure à Irvington, à seulement 20 miles de la maison de campagne de Soros.

Arthur Finkelstein, décédé en 2017, a travaillé pour Donald Trump, George Bush senior, Ronald Reagan et Richard Nixon et est réputé pour avoir fait du mot « libéral » un gros mot en politique.

Finkelstein a créé un nouveau style de politique surnommé « Finkel Think », explique Hannes Grassegger, reporter pour la publication suisse Das Magazin.

« Arthur Finkelstein disait toujours : « On ne va pas contre les talibans, on va contre Oussama Ben Laden. Il s’agit donc de personnalisation, de choisir l’ennemi parfait, puis de s’en prendre à cette personne, pour que les gens aient peur de votre adversaire. Et ne parlez jamais des politiques de votre propre candidat, elles n’ont aucune importance. »

Finkelstein comprit que la meilleure façon de faire élire Orban était de trouver un nouvel ennemi. Il a suggéré Soros, et c’était un choix parfait, dit Grassegger. « L’extrême droite le haïssait parce qu’il était juif, les gens de l’extrême gauche le haïssaient parce qu’il était capitaliste. »

L’ironie, c’est qu’Arthur Finkelstein était lui-même juif. « Ce gentilhomme juif a créé ce monstre juif« , dit Grassegger.

Le gouvernement hongrois nie avoir eu besoin de quelqu’un pour « inventer » Soros. Dans une déclaration, il a dit : « George Soros s’est inventé en tant qu’acteur politique il y a deux décennies. Le réseau d’institutions de George Soros exerce beaucoup de pouvoir sans mandat du peuple. »

Mais Orban semble avoir appliqué à la lettre les conseils de Finkelstein et être même allé encore plus loin.

Pourquoi le premier ministre hongrois a-t-il dénoncé George Soros ? Dans un discours prononcé quelques semaines avant l’élection générale de 2018, Orban a ciblé Soros et a semblé raviver les stéréotypes antisémites.

« Nous combattons un ennemi qui est différent de nous. Pas visible mais dissimulé. Pas simple, mais rusé. Pas honnête, mais sans principes. Pas national mais international. Ne croit pas au travail mais spécule avec de l’argent. Il n’a pas sa propre patrie, mais il se sent propriétaire du monde entier« , a-t-il dit.

Viktor Orban a gagné par un glissement de terrain. Après les élections, la répression contre les organisations financées par Soros s’est intensifiée. En mai dernier, l’Open Society a fermé son bureau en Hongrie.

Michael Ignatieff s’est battu pour que l’Université d’Europe centrale reste ouverte à Budapest. Il est déterminé à contrer ce qu’il prétend être de la propagande dangereuse dans un pays où plus d’un demi-million de Juifs hongrois ont été exterminés par les Nazis en seulement deux mois en 1944.

Ignatieff dit que la campagne anti-Soros « est une reprise fidèle de chaque élément de haine antisémite des années 1930…. Tout ça n’est qu’un fantasme. C’est la politique du 21ème siècle, si vous n’avez pas un ennemi, inventez-en un aussi vite que possible, donnez-lui l’air aussi puissant que possible et bingo – vous mobilisez votre base et gagnez des élections avec elle. »

Le professeur Deborah Lipstadt, qui a gagné une célèbre bataille juridique visant à dénoncer un négationniste de l’Holocauste devant les tribunaux britanniques, est également profondément inquiète.

« J’ai peur que ce genre de rhétorique, que l’on entendait autrefois dans les brasseries et les coins sombres, soit prononcée par des politiciens, par des dirigeants de pays, par le vice-Premier ministre italien, par le Premier ministre de la Hongrie. C’est choquant que ce genre de langage soit utilisé. »

BBC

Homophobie, racisme dans les stades : quand siffler la fin du match ? (Màj)
«Il y a 30 ans, l’affaire des foulards de Creil fut le début de l’offensive islamiste en France»

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu