Plein ecran

Allemagne : l’Office des étrangers accusé d’avoir aidé des migrants criminels à échapper à la police

09/09

Allemagne – L’Office fédéral de la police criminelle de Berlin soupçonne l’Office des étrangers d’avoir mis en garde des migrants criminels contre des opérations policières. Ce n’est pas la première fois que la police a des problèmes avec les autorités de l’immigration.

Les employés des centaines de bureaux des étrangers en Allemagne portent une lourde responsabilité : ils délivrent ou refusent des permis de séjour, aident à décider si un étranger peut rester définitivement – ou s’il doit quitter le pays. Enfin, les employés ont accès à des données, des documents et des renseignements importants.

La police criminelle berlinoise suspecte que les criminels reçoivent des informations confidentielles de l’Office des étrangers de Berlin lorsqu’ils font l’objet d’une enquête. Il est également possible que des cambrioleurs en série aient été mis en garde contre des opérations policières.

Le « Berliner Zeitung », qui, selon ses propres informations, a reçu une circulaire de la police criminelle adressée aux services d’enquête de toutes les directions, a enquêté sur ces événements. La lettre, publiée il y a plus d’une semaine, contient des recommandations sur la façon dont la police doit refuser de communiquer des informations aux autorités de l’immigration afin de ne pas compromettre les enquêtes. C’est particulièrement le cas lorsque des perquisitions ou l’exécution d’un mandat d’arrêt sont en cours. L’Office fédéral de la police criminelle a confirmé WELT « l’existence de la lettre ».

En juin, la police fédérale a lancé un avertissement à l’échelle nationale en raison des lacunes en matière de sécurité dans l’Office des étrangers de Berlin. Après que des cambrioleurs aient volé des documents et des sceaux officiels au Département des étrangers le week-end de Pâques, de plus en plus de faux permis de séjour ont été découverts depuis lors.

La lettre de la police fédérale, rapportée pour la première fois par « Bild am Sonntag », mentionne un total d’environ 20.000 documents perdus, non seulement à cause de l’effraction du dimanche de Pâques, mais aussi à cause d’au moins un acte similaire en octobre 2017, lorsque des documents avaient également été volés au département des étrangers de Berlin, qui peuvent servir à délivrer ou étendre des permis de séjour aux demandeurs d’asile.

(…) Welt.de

Traite humaine : l’explosion du proxénétisme de cité
Deux députées LREM quittent leur groupe à l'Assemblée nationale

Derniers articles

Commentaires

Accueil
Menu