Plein ecran

La santé mentale des migrants, une urgence de santé publique

03/09

L’auteur présumé de l’attaque au couteau de Villeurbanne avait été repéré pour sa fragilité. L’Afghan de 33 ans avait été orienté vers un hôpital psychiatrique et un centre de santé mentale.

En février 2019, il avait eu un entretien avec un psychologue qui n’avait pas décelé de pathologie grave. Son suivi médical s’était interrompu car il ne s’était pas présenté à ses rendez-vous. Le psychiatre qui l’a examiné en garde à vue a diagnostiqué « un état psychotique envahissant avec délires paranoïdes » .

Le jeune Afghan avait donc bénéficié d’un début de suivi psychologique, mais ce n’est pas le cas de l’immense majorité des migrants arrivant en France alors que 33 330 demandeurs d’asile ont obtenu le statut de réfugié ou une protection subsidiaire en 2018.

« Les troubles psychiques des migrants sont à la fois négligés et déniés. Il y a un problème de structures et un manque très important de possibilité de prise en charge » déplore Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, psychologue clinicienne, à l’origine d’une pétition adressée à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

(…) Le Progrès

Belley (01). Meurtre au foyer Alfa 3A
Suisse. Sondage : les jeunes musulmans tolèrent davantage la violence contre les femmes que les non musulmans

Derniers articles

Commentaires

Accueil
Menu