Plein ecran

Maroc : comment les Juifs vendaient le haschisch du pays

16/08

La visite d’une plantation mène un écrivain à des textes religieux, tandis qu’une recette de couscous très spéciale relate le rôle historique de cette plante dans la vie juive. […]

Il est difficile de rester indifférent au respect et à l’appréciation – sinon à l’admiration pure et simple – que les Juifs reçoivent dans les rues du Maroc de nos jours. Plus de 10 000 Israéliens visitent le pays chaque année et sont chaleureusement accueillis. […]

Malgré l’apparente ouverture et l’attitude libérale à l’égard du haschisch, le fait que la culture du cannabis au Maroc soit toujours considérée comme une infraction pénale est très inquiétant pour les agriculteurs locaux.

En fait, à ce jour, près de 50 000 producteurs ont un mandat d’arrestation qui pend au-dessus de leur tête. Ainsi, les agriculteurs marocains qui cultivent du cannabis à l’échelle commerciale sont très méfiants et n’aiment pas que les Occidentaux viennent sur leurs terres avec une caméra. […]

Ces dernières années, les Marocains ont importé d’Europe de plus en plus de souches hybrides capables de produire une production de résine beaucoup plus élevée et une teneur en THC environ cinq fois supérieure.

Après environ 15 minutes d’un trajet particulièrement cahoteux, nous arrêtons la voiture au pied d’une petite colline. De l’autre côté, un petit jardin d’Eden vous attend : un champ plein de plantes de cannabis mûres, en pleine floraison et prêtes pour la récolte.

Nous allumons un joint et profitons du paysage époustouflant qui se dresse devant nous quand Mahmoud se tourne soudain vers moi et me dit : « Tu sais, maintenant que j’y pense, mon père m’a dit un jour que les Juifs étaient les meilleurs vendeurs de haschisch du Maroc ».

Cette information enflamme mon imagination, mais Mahmoud ne peut pas me donner beaucoup de détails sur le rôle des Juifs dans le monde du haschich au Maroc – ni les gens du coin que je questionne. Heureusement, à mon retour en Israël, je rencontre le Dr Doron Danino, un expert du judaïsme marocain, qui sait exactement de quoi parlait Mahmoud.

« Les Juifs en général ne cultivaient pas le cannabis », explique Danino. « Mais ils ont reçu un monopole du roi pour la vente de tabac au Maroc, et cela comprenait la vente de la plante de cannabis et du haschisch produit à partir de celle-ci ».

Selon Danino, les fermiers berbères des montagnes du Rif étaient des agriculteurs qualifiés, mais la plupart étaient analphabètes et parlaient principalement la langue amazighe (berbère), qui n’avait jusqu’à relativement récemment aucun système d’écriture.

Après la conquête musulmane du Maghreb au début du 8e siècle de notre ère, la plupart des citadins parlaient arabe, de sorte que la communication avec la communauté berbère isolée était parfois difficile.

« Mais les Juifs parlaient plusieurs langues et avaient le sens des affaires, ce qui en faisait un partenariat mutuellement bénéfique », ajoute Danino. […]

Il est clair que les Juifs du Maroc savaient comment faire de l’argent avec le commerce du haschisch. La question demeure cependant de savoir s’ils en consommaient eux-mêmes à des fins récréatives.

Les Juifs marocains n’étaient probablement pas de gros fumeurs de haschisch, mais selon Raphaël Attias du Centre des Juifs d’Afrique du Nord, le cannabis était utilisé à l’occasion d’événements particuliers. […]

The Times of Israel

«Algériennes, Algériens»: l’année particulière du Festival de Douarnenez
Matteo Salvini, la méthode du capitaine qui rêve de gouverner l’Italie

Derniers articles

Commentaires

Accueil
Menu