Plein ecran

Le migrant qui a poussé un enfant sous un train a illustré une campagne de pub en faveur de l’intégration (MàJ)

31/07

Le débat sur l’asile s’enflamme une nouvelle fois en Allemagne, au lendemain de la mort d’un enfant qui a été poussé sur les voies ferrées à Francfort. L’auteur présumé, un Erythréen de 40 ans résidant à Zurich, suivait un traitement psychiatrique.

 

Les autorités suisses avaient émis un avis de recherche national à l’encontre de cet homme de 40 ans, marié et père de trois enfants […]. La police suisse a de son côté précisé à ce sujet que le meurtrier présumé, résidant à Wädenswil (ZH) et au bénéfice d’un permis [de travail de catégorie] C accordé en 2011, avait suivi un traitement psychiatrique. Ni alcoolisé, ni drogué au moment du drame lundi, il sera certainement soumis à une expertise pour évaluer son degré de discernement.

On ignore encore comment il a pu passer la frontière.

RTS

 


30/02/2019

Une inculpation pour meurtre a été émise à l’encontre du tueur de la gare centrale de Francfort. Habte Araya (40 ans) a poussé un garçon de huit ans, sa mère (40 ans) et autre femme (78 ans), devant un TGV en marche sur la voie numéro 7. L’enfant est mort, la mère est blessée. Né à Asmara, l’homme appartiendrait à l’église chrétienne orthodoxe érythréenne, il vit et travaille en Suisse depuis 2007. Sa demande d’asile a abouti en 2008. Les autorités suisses (et notamment le SAH – Aide à l’emploi – de Zürich) l’avaient d’ailleurs cité comme « exemple d’intégration réussie » et de « bonne intégration« 

(Source: Bild)

Le quadragénaire est lui-même père de la famille, il avait un emploi stable dans un atelier de carrosserie mais l’a perdu en 2013. Après cela il a trouvé un nouveau travail dans une société de transports publics suisses. La police suisse a expliqué qu’Araya était en traitement psychiatrique depuis 2019. Lors d’une perquisition après le crime de Francfort, des attestations ont été trouvées. Il aurait travaillé jusqu’en janvier, après quoi il aurait été en congé de maladie en raison de « problèmes psychologiques« . La question de savoir si le traitement était volontaire n’a pas encore été clarifiée.

Le meurtrier fuyait la police suisse depuis des jours. Selon Werner Schmid, chef de la police régionale du canton de Zurich, Araya avait enfermé sa femme, ses trois enfants (1, 3 et 4 ans) et sa voisine dans sa propre maison le 25 juillet, quelques jours seulement avant l’attaque de Francfort. Il a aussi attaqué la voisine avec un couteau ! C’est pourquoi il était recherché dans toute la Suisse. Sa femme avait alerté la police pendant l’agression.

Selon la police, il s’agissait d’une « crise surprenante » pour la famille, qui n’en avait jamais connue auparavant. Au moment de l’incident, les autorités n’avaient connaissance d’aucune preuve de maladie mentale. Il était recherché en Suisse, mais pas hors des frontières. « Nous n’avions aucune indication qu’il pourrait partir à l’étranger« , a déclaré le chef de la police régionale. Les Suisses enquêtent actuellement sur l’environnement privé et professionnel de l’homme afin d’apporter leur concours aux autorités allemandes.

Bild & Facebook de Habte Araya

Merci à Sospiro

Un projet d’attentat fomenté en prison déjoué
Dix insultes désuètes pour se disputer avec élégance

Commentaires

X
Accueil
Menu