Plein ecran

Macron : « 150 millions d’euros seront versés pour une circulation régulière et maîtrisée des personnes entre les Comores et Mayotte » (Màj: polémique)

27/07

Les accusations de « forfaiture » et de « bradage » se multiplient aux Comores après la signature lundi d’un accord de partenariat entre les Comores et la France, à l’occasion de la visite à l’Elysée du président comorien Azali Assoumani.

« Cet accord est une forfaiture, un bradage. On nous offre 150 millions d’euros pour céder Mayotte », a déclaré à l’AFP le porte-parole de l’Union de l’opposition, Ibrahim Abdourazak Razida […]. « Le plus grave c’est que c’est la France qui va désormais surveiller nos côtes à partir d’Anjouan », affirme Ibrahim Abdourazak Razida […].

Mayotte, la quatrième île de l’archipel des Comores, est devenue en 2012 le 101e département français, mais est toujours revendiquée par Moroni. Regroupant la dizaine de candidats qui contestent l’élection du président Azali en mars, le Conseil national de transition (CNT) parle d’un « accord qui remet en cause la souveraineté nationale des Comores dans ses frontières internationalement reconnues », selon un communiqué…

FranceTVinfo

 


22/07/2019

Emmanuel Macron a reçu ce lundi après-midi Azali Assoumani, le président de l’Union des Comores, à l’Elysée. Le président de la République a réaffirmé à cette occasion que « l’île de Mayotte est française », tout en soulignant la volonté de dépasser les « désaccords » entre les deux pays.

150 millions d’euros sur trois ans qui se traduira par une multiplication par dix des moyens engagés par l’Agence française de développement (AFD) et la mise en place d’un cadre pour une circulation régulière et maîtrisée des personnes entre les Comores et Mayotte.

France TV Info

 

Une photo de la militante féministe Fatima Benomar, crée la polémique sur les réseaux sociaux
Migrants : le fichier biométrique des «mineurs isolés» déclaré conforme à la Constitution

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu