Plein ecran

Lézignan-Corbières (11) : sécurité et vivre ensemble… mission impossible pour la ville

18/07

[…] « Je ne suis pas sereine, j’ai peur et mes enfants aussi. J’en ai vraiment marre et je ne lâcherai rien… même si nous craignons de subir des représailles ! « . Tels sont les propos d’une mère de famille exaspérée par le climat dans lequel vivent ses deux fils de 20 et 23 ans depuis à peine quelques mois en centre historique de Lézignan. […] La victime a écopé de trois factures à la mâchoire dont une ouverte. […] « Le plus jeune de mes fils, qui vit également dans l’hyper centre, a vu un individu s’introduire chez lui pour le dévaliser… Quant à ma belle-fille, elle subit fréquemment des agressions verbales… Désormais, mes enfants ne sortent plus à Lézignan sans leur chien« .

[…] « Très vite après notre arrivée, nos véhicules se sont fait régulièrement vandaliser. Ça va mieux depuis que le parking Diderot est équipé d’une caméra. Mais il arrive toujours que des enfants de 7 à 8 ans décident de rendre la rue impraticable, nous empêchent de passer. » […] Il n’y a pas que dans l’hyper centre que le vivre ensemble est problématique. Dans une cité HLM de Lézignan, une famille installée au printemps vit un cauchemar. « Suite à un mariage de 4 jours dans la cité avec musique, danse et cris, j’étais excédé et au bout du 4e jour j’ai appelé les gendarmes pour faire cesser le vacarme à 2 h 30 du matin. Depuis, il dit subir des insultes et menaces de mort verbales de la part du voisinage, « y compris devant mes enfants !« .

Suite à une main courante « car les gendarmes m’ont dissuadé de porter plainte, ça s’est calmé pendant une semaine puis ça a recommencé. […] La boite à lettres cassée et le courrier volé, mes enfants qui n’osent plus sortir car ils se font insulter et tabasser... ». […] Il dénonce un climat insupportable dans la cité. […] Cette cité semble abandonnée ». Le bailleur social assure que « tout est pris en charge », sans pour autant communiquer davantage sur les solutions apportées. Une réponse qui ne satisfait guère le père de famille : selon lui, le bailleur « n’a rien pris en compte, assure que c’est une question de différence culturelle. » […]

L’Indépendant

Finale de la CAN : le préfet du Gard interdit la vente d'alcool, d'essence et de gaz sur la voie publique
Après les « Gilets Jaunes », les services de renseignement veulent mieux anticiper les mouvements sociaux

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu