Plein ecran

Osnabrück (Allemagne): une autochtone de 75 ans torturée puis égorgée par un quatuor issu de l’immigration turque et nigériane

17/07

Osnabrück – Cologne

Le violent quatuor avait espéré un gros butin. Sa victime, après tout, avait été une chef d’entreprise!

Mercredi s’est ouvert devant le tribunal d’Osnabrück le procès de quatre hommes de Cologne, jugés pour homicide. En décembre 2018, Ramazan B. (43 ans), Enoma E. (25 ans), Mert N. (24 ans) et Kahraman P. (35 ans) avaient enlevé Ursula U., une retraitée âgée de 75 ans, puis l’avaient sauvagement torturée et assassinée.

P. est supposé n’avoir été impliqué que dans l’enlèvement de la victime.

La femme avait subi un véritable martyre.

Veuve, Ursula U., qui vivait précédemment à Niederkassel avant d’emménager à Melle (près d’Osnabrück) en 2017, voulait acheter un faux permis de conduire après 26 ans de conduite sans permis. Par l’entremise de connaissances, elle avait rencontré le quatuor et avait payé 4800 euros. Ce 14 décembre, elle devait récupérer la « marchandise » à Cologne.

Dans un appartement de location, les agresseurs s’étaient alors acharnés sur la vieille dame. Elle avait été violemment torturée pendant des heures. Les médecins légistes ont fait état de blessures sur l’ensemble de son corps, avec entre autres, des lésions hématiques, des côtes cassées, des plaies à la tête ou encore une contusion laryngée.

Pour finir, Ursula U. avait été assommée puis emmenée à bord d’une Mazda de location à Hasbergen (près d’Osnabrück) où, après avoir subi d’autres sévices, elle avait été égorgée avec une bouteille cassée. Elle s’était alors vidée de son sang.

Après avoir commis leur méfait, les assassins avaient pillé deux comptes bancaires de la victime avec ses CB volées. Ils lui avaient précédemment extorqué les codes sous la menace.
Deux des auteurs avaient alors été identifiés grâce aux images des caméras de surveillance.

Au tribunal, Enoma E. a avoué: « J’ai honte et je m’excuse ». Le Nigérian a, par ailleurs, lourdement « chargé » ses complices issus, eux, de l’immigration turque.

 


Traduction d’un article du Bild

Merci à Gaëlle pour la traduction


 

Opération anti-mariages forcés dans les aéroports britanniques
Otage ou djihadiste ? Le casse-tête de la justice face à une jeune Française

Commentaires

X
Accueil
Menu