Plein ecran

Boris Johnson a déclaré que l’islam a laissé le monde musulman «arriéré de plusieurs siècles»

16/07

[…]

Boris Johnson a été fortement critiqué pour avoir affirmé que l’islam avait laissé le monde musulman « littéralement, plusieurs siècles derrière » l’Occident, dans un essai déterré par le Guardian.

Dans son livre de 2006 sur l’empire romain, Johnson a écrit au sujet de l’expansion de la religion, dans une annexe jointe à une édition ultérieure de The Dream of Rome.

 

Il a expliqué que l’islam était quelque chose qui entravait le développement dans certaines parties du globe et que, par conséquent, le «grief musulman» était un facteur dans presque tous les conflits.

 

L’argument de Johnson a été décrit comme déconcertant et problématique par « Tell Mama », qui surveille la haine anti-musulmans et, selon lequel, il démontrerait un manque de compréhension de la religion. Le Conseil musulman de Grande-Bretagne (MCB) a déclaré que de nombreuses personnes souhaiteraient savoir si le favori pour devenir le prochain Premier ministre continue de croire que «l’islam inhibe par nature le chemin du progrès et de la liberté».

 

L’année dernière, Johnson a été tancé après avoir utilisé une colonne du Telegraph pour comparer les femmes portant la burqa à des «boîtes aux lettres» et à des «braqueurs de banque».

 

Dans un essai intitulé « And Then Came the Muslims », ajouté à l’édition 2007 de son livre, Johnson écrit:

«Il doit y avoir quelque chose à propos de l’islam qui aide effectivement à expliquer pourquoi il n’y a pas eu de montée de la bourgeoisie, pas de capitalisme libéral et donc pas de propagation de la démocratie dans le monde musulman.

«Il est extraordinaire de penser que sous l’empire romain / byzantin, la ville de Constantinople avait laissé le flambeau de l’apprentissage pendant mille ans et que, sous la domination ottomane, la première imprimerie n’avait pas été vue à Istanbul avant le milieu du XIXe siècle.

[…]

Le leader du parti conservateur a écrit que l’inhibiteur du progrès était «un conservatisme religieux fatal» et que plus le monde musulman était en retard, plus l’amertume et la confusion régnaient, au point que pratiquement tous les points d’ignition mondiaux auxquels vous pouviez penser, de la Bosnie à la Palestine en passant par l’Iraq et le Cachemire, impliquent les griefs des musulmans ».

Le responsable du MCB [« Muslim Council of Britain », qui est l’organisme chapeautant les institutions musulmanes nationales] a déclaré: «Nous sommes bien sûr d’avis que l’islam a un rôle à jouer dans le progrès et la prospérité, que ce soit dans le monde musulman ou ici chez nous, en Occident».

[…]


Traduction Fdesouche, l’article dans son intégralité sur The Guardian


 

 

Marseille : débordements après la victoire de l'Algérie, la colère du commandant des marins-pompiers
Suède : découverte d'un bateau-tombe et d'un squelette viking très bien préservés

Commentaires

X
Accueil
Menu