Plein ecran

Clermont-Ferrand : deux femmes jugées pour un projet d’attentat (MàJ: Janna C. voulait tuer 70 « kouffars »)

13/07

13 Juillet 2019

«Elles ont trouvé dans le jihadisme-suicide le moyen d’exprimer un mal-être profond»

Deux jeunes adultes, prosélytes sur la messagerie Telegram, comparaissaient vendredi pour «association de malfaiteurs en vue de commettre des actes terroristes». Des parcours où s’imbriquent la quête d’un absolu, le mal-être adolescent et la propagande islamiste.

[…]

«Je veux tuer tous ces kouffars, mourir en martyr et emmener 70 personnes avec moi.» Il y a trois ans, Janna C. lâchait ces mots alors qu’elle discutait avec son père et sa petite sœur, L. Ce vendredi, à 14 heures, elle se présente dans le box des prévenues, vêtue d’un sweat qui rappellerait presque les couleurs du drapeau français. Son attitude, loin de rappeler l’animal rugissant, dont le symbole est repris par la propagande de l’Etat islamique (EI), dessine une jeune fille vulnérable qui n’a de cesse de chercher sa mère du regard, mais qui verse volontiers dans la provocation. À ses côtés, Djelika S., son amie virtuelle, chétive, avec son chignon relevé et ses boucles d’oreilles en forme de perles, est plus discrète.

[…]

«Partager leurs peines»

Mais l’extrême violence de ces propos contraste avec la vulnérabilité dont Janna C. et Djelika S. font preuve à la barre. La première est décrite par son entourage comme une «jeune fille en perdition», tandis que Djelika évoque des tendances dépressives et des accès suicidaires.

[…]

L’article dans son intégralité sur Libération


12 Juillet 2019

Janna C. et Djelika S. projetaient de perpétrer deux attaques au couteau dans la rue, selon l’accusation.

[…]

, qui a fêté ses 18 ans deux mois plus tôt. L’opération succède à l’ouverture, la veille, d’une enquête préliminaire par le parquet de Paris. Placée en garde à vue et transférée dans les locaux de la DGSI, elle est mise en examen le 13 août pour «association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de terrorisme» et «provocation directe à un acte de terrorisme». Âgée aujourd’hui de 21 ans, elle comparaît détenue avec une complice présumée, Djelika S., âgée de 25 ans, avec laquelle elle était en contact en 2016. Cette coprévenue a déclaré pendant l’enquête que les deux jeunes filles avaient prévu deux attaques au couteau dans la rue.

[…]

Le Figaro

Italie : un gang de migrants avait transformé une église en quartier général pour leur trafic d'héroïne
L'Allemagne admet avoir "totalement" perdu la trace de 160 djihadistes revenus de Syrie

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu