Plein ecran

Un ex-militant de la France insoumise analyse comment le mouvement tombe entre les mains de communautaristes

10/07

La France insoumise est à la recherche des voix des « quartiers ». Éric Coquerel, député insoumis, estime que c’est là que se trouvent les 600.000 bulletins qui lui ont manqué pour accéder au second tour de 2017. « Il faut que les candidats du 93 aient la couleur de peau des gens qui vivent dans le 93. » affirme même M. Coquerel. En ciblant particulièrement les quartiers populaires, LFI valide ainsi, ironiquement, la fameuse ligne « Terra Nova », qui prônait l’abandon des classes populaires au profit d’une lecture communautaire.

Pour ce faire, le mouvement a fait d’Éric Coquerel son ambassadeur dans les quartiers, en nouant des liens particuliers avec trois hommes (dans l’ordre sur la photo) : Youcef Brakni, militant associatif proche du mouvement Justice pour Adama, Madjid Messaoudène, élu de Saint-Denis, et Taha Bouhafs, ancien candidat aux législatives désormais journaliste pour l’émission web Là-bas si j’y suis.

Suède : colère après la diffusion d'une vidéo mettant en scène des "immigrés" humiliant un jeune Suédois
Roubaix : "Non, des policiers ne s'en prennent pas à une femme parce qu'elle est voilée"

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu